NOUVELLES
08/12/2012 11:40 EST | Actualisé 07/02/2013 05:12 EST

Des policiers tirent des balles de caoutchouc vers des manifestants à Dacca

DACCA, Bangladesh - Des policiers ont tiré des balles de caoutchouc et lancé des gaz lacrymogènes, dimanche, afin de disperser des dizaines de manifestants munis de pierres qui tentaient de bloquer des routes à Dacca, la capitale du Bangladesh, afin de forcer le retour d'une administration intérimaire pour superviser les prochaines élections.

Les autorités policières et des témoins ont affirmé qu'au moins 25 personnes ont été blessées lors de ces violences.

Une coalition formée de 18 partis d'opposition avaient demandé un blocus des routes dans tout le pays dimanche afin d'accentuer les requêtes pour la remise en vigueur d'une clause constitutionnelle permettant à une administration intérimaire neutre de superviser le prochain scrutin national, prévu pour 2014.

L'année dernière, le gouvernement de la première ministre Sheikh Hasina a éliminé la clause, alors vieille de 15 ans, après que la Cour suprême eut décrété qu'elle était anticonstitutionnelle. Selon la Cour suprême, seuls les gens élus par vote populaire peuvent diriger le gouvernement.

Les partis d'opposition, menés par l'ancienne première ministre Khaleda Zia, soutiennent que ce changement permettra à M. Hasina de trafiquer les prochaines élections, des allégations que nie ce dernier.

Des scènes de violence ont éclaté dans plusieurs secteurs de Dacca, et des manifestants ont fracassé ou mis le feu à des voitures et tenter d'entraver la circulation, selon des informations émises par la police et des médias.

Les autorités policières ont dit avoir tiré des balles de caoutchouc et lancé des gaz lacrymogènes afin de séparer plusieurs centaines de manifestants dans le district de Jatrabari, dans le sud de Dacca. Les manifestants ont répliqué en lançant des briques.

Le journal Daily Star de Dacca a rapporté que des dizaines de bombes artisanales ont explosé dans le district de Gabtali, dans le nord de la capitale.

Une station de télévision locale a aussi rapporté que des manifestants ont pris d'assaut et incendié plusieurs camionnettes appartenant aux forces policiers dans le centre de Dacca. Des scènes de violence seraient également survenues dans des secteurs situés à l'extérieur de la capitale.

Le Bangladesh a plusieurs fois été le théâtre de violences policières alors que l'opposition a souvent recours à des grèves générales.