NOUVELLES
07/12/2012 09:24 EST | Actualisé 06/02/2013 05:12 EST

Vendée Globe 2012-2013 - Une semaine en course autour du monde

Treize skippers -7 Français et 6 étrangers- étaient encore en course vendredi dans le "Grand Sud" mythique, 34 jours après le départ du 7e Vendée Globe le 10 novembre des Sables-d'Olonne, sept concurrents ayant abandonné.

Points forts de la semaine écoulée:

- Le skipper de la semaine: le Français François Gabart, 29 ans, qui mène la danse en tête du Vendée Globe avec un talent époustouflant. Benjamin de la flotte (depuis l'abandon de Louis Burton), le protégé de Michel Desjoyeaux n'a pas froid aux yeux et pousse son plan VPLP-Verdier (Macif) à des vitesses de multicoques. Il a parcouru 545,3 milles (1.009,8 km), entre dimanche et lundi derniers, pulvérisant le précédent record pour un 60 pieds Imoca et devenant le premier à franchir la barre symbolique des 1.000 km en 24 heures.

- Le chiffre de la semaine: 545,3 milles (1.009,8 km). C'est la distance parcourue en 24 heures par François Gabart (Macif) entre dimanche et lundi derniers, à la moyenne de 21,1 noeuds. Il a ainsi effacé des tablettes le précédent record, établi par un autre Français, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3), le 1er décembre (502,5 milles). Gabart reconnaît s'être posé "40.000 fois" la question de savoir s'il allait trop vite mais affirme n'avoir "à aucun moment (...) eu la sensation désagréable que c'était le cas".

- Les architectes de la semaine: Guillaume Verdier et ceux du cabinet VPLP, qui ont dessiné les bateaux trustant les trois premières places du Vendée Globe. Macif (François Gabart, 1er), Banque Populaire (Armel Le Cléac'h, 2e) et Virbac-Paprec 3 (Jean-Pierre Dick, 3e) sont les plus rapides de la flotte et laissent loin dans leurs sillages les plans Farr ou Juan Kouyoumdjian.

- L'image de la semaine: la vidéo tournée par Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), alias "Capitaine courageux". Le Suisse, qu'on savait dur au mal, a sorti la trousse à pharmacie mardi et s'est improvisé dentiste pour soigner une molaire cassée en mangeant une barre chocolatée. Après avoir consulté par téléphone son dentiste personnel et le médecin de la course Jean-Yves Chauve, il a limé la dent endommagée et l'a comblée avec un pansement en s'aidant d'un miroir minuscule. Une opération particulièrement délicate à réaliser dans un bateau transformé en shaker et avec des instruments très sommaires. "Ce n'était pas facile de faire quelque chose de propre", a pudiquement commenté Stamm, mais "ça a l'air d'être stabilisé et je n'ai pas de douleurs".

- La phrase de la semaine: "Tout a changé (...), les bateaux sont plus performants (...). Nous, on avait aussi les icebergs et maintenant ce n'est plus le cas avec les portes (des glaces). En général, les conditions étaient très loin de celles de maintenant. J'ai vu une quarantaine d'icebergs. C'est magnifique avec des super couleurs. Enfin un, c'est bien mais c'est bien aussi de ne pas rester trop longtemps" à proximité". Commentaire du Français Jean-Luc Van Den Heede (2e du Vendée Globe 1992-1993), invité lundi dernier de la vacation de la mi-journée.

heg/bvo

PLUS:afp