NOUVELLES
07/12/2012 01:15 EST | Actualisé 06/02/2013 05:12 EST

Philippines: le bilan du typhon Bopha dépasse maintenant les 500 morts

NEW BATAAN, Philippines - Des secouristes fouillaient la boue et les décombres, vendredi, à la recherche d'autres corps éparpillés par le passage d'un puissant typhon dans une vallée agricole du sud des Philippines.

Le bilan surpasse maintenant les 500 morts, et plus de 400 personnes manquent toujours à l'appel.

Plus de 310 000 personnes ont perdu leur logis depuis que le typhon Bopha a frappé, mardi. Les sinistrés s'entassent dans des abris d'urgence ou chez des proches, et ils dépendent des vivres et des biens d'urgence qui leur sont acheminés par le gouvernement et les agences humanitaires.

Le président Benigno Aquino III a visité la ville de New Bataan, où il a déclaré vouloir savoir comment une telle tragédie a pu se produire pour éviter qu'elle ne se répète. La ville a été matraquée par des vents violents et des pluies abondantes.

Les responsables confirment 252 pertes de vie dans la vallée de la Compostela, notamment à New Bataan, et 216 dans la province voisine du Davao oriental. Une quarantaine d'autres personnes ont perdu la vie ailleurs et plus de 400 sont portées disparues, les deux-tiers d'entre elles seulement à New Bataan.

M. Aquino a déclaré aux résidants de New Bataan qu'il souhaite réduire les pertes de vie en cas de catastrophe naturelle. Les Philippines sont fréquemment balayées par des tempêtes et des typhons en provenance du Pacifique, mais la majorité d'entre eux touchent le centre et le nord de l'archipel pendant que l'île de Mindanao, dans le sud du pays, est habituellement ­épargnée.

«Nous allons examiner ce qui s'est vraiment produit. Il y a des allégations d'activités minières illégales, on parle de la puissance de la nature, a dit le secrétaire de l'Intérieur Mar Roxas, qui voyage avec M. Aquino. Nous allons comprendre pourquoi il y a des maisons dans des secteurs aussi risqués.»

Les pertes économiques ont commencé à se préciser vendredi, quand les exportateurs et cultivateurs de bananes ont annoncé que 14 000 hectares de plantations, l'équivalent de 18 pour cent du total de Mindanao, ont été détruits. Les Philippines sont le troisième producteur et exportateur de bananes en importance de la planète, alimentant des compagnies aussi connues que Dole, Chiquita et Del Monte et exportant essentiellement vers le Japon, la Corée du Sud, la Chine, la Nouvelle-Zélande et le Moyen-Orient.

Le directeur exécutif de l'association des exportateurs et cultivateurs de bananes des Philippines, Stephen Antig, révèle que les pertes se chiffreront à au moins 300 millions $ US, dont 200 millions $ US en fruits qui étaient sur le point d'être récoltés quand ils ont été détruits. Il calcule qu'il faudra au moins un an pour remettre certaines fermes sur pied.

Des cartes gouvernementales démontrent que la ville de New Bataan a été construite en 1968 dans un secteur jugé fortement vulnérable aux inondations et aux glissements de terrain.