NOUVELLES
07/12/2012 12:24 EST | Actualisé 06/02/2013 05:12 EST

Mali: le groupe islamiste Mujao sur la liste terroriste de Washington

Le département d'Etat a annoncé vendredi l'inscription sur l'une de ses listes d'organisations terroristes du groupe islamiste Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest), l'un de ceux qui contrôlent le nord du Mali.

Ce classement survient deux jours après des sanctions prises par le Conseil de sécurité de l'ONU à l'encontre du Mujao, en tant qu'entité liée à Al-Qaïda.

"Le Mujao et deux de ses dirigeants, Hamad al-Khairy et Ahmed al-Tilemsi" sont dorénavant considérés par la législation américaine comme des "terroristes" ou comme des "soutiens à des terroristes ou au terrorisme", selon le communiqué du département d'Etat.

Conséquences de ce classement, "tous les biens sous juridiction américaine dans lesquels le Mujao, MM. Khairy ou Tilemsi ont des intérêts sont bloqués et les ressortissants américains ont interdiction de mener des transactions avec eux", conformément à la procédure américaine classique dans ce genre de cas.

Le Mujao est devenu l'un des maîtres du nord du Mali et s'est illustré par des prises d'otages. Il a revendiqué fin novembre le rapt d'un Français dans l'ouest du Mali. Cet enlèvement a porté à 13 le nombre d'otages étrangers détenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mujao, dont sept Français.

Fondé par le Mauritanien Hamada Ould Mohamed Kheirou, alias Abou Ghoum-Ghoum, Mujao s'est emparé il y a huit mois de la partie nord du Mali aux côtés d'Aqmi et d'Ansar Dine, adeptes d'une application rigoriste de la charia (loi islamique) dans tout le Mali.

Depuis lors, sa place forte est la grande ville de Gao (nord-est), dont il s'est rendu totalement maître en évinçant le mouvement sécessionniste touareg MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) à l'issue de violents combats fin juin.

La volonté de la France et des Africains d'obtenir rapidement le feu vert de l'ONU à l'intervention d'une force internationale au Mali se heurte au scepticisme de Washington, selon des diplomates.

Bamako et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao) ont soumis à l'ONU des plans pour une force internationale de 3.300 hommes et demandent au Conseil de sécurité d'autoriser rapidement son déploiement. Le Conseil doit se prononcer sur la base d'une résolution préparée par la France, qui espère son adoption avant Noël.

nr/mdm