NOUVELLES
07/12/2012 09:56 EST | Actualisé 06/02/2013 05:12 EST

Malgré l'arrestation de son ancien pdg, SNC-Lavalin fait le plein de contrats

MONTRÉAL - Les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas pour la firme d'ingénierie SNC-Lavalin (TSX:SNC).

La semaine dernière, Pierre Duhaime, qui a été PDG de l'entreprise montréalaise de mai 2009 à mars 2012, a été arrêté par la police puis accusé de fraude, de complot et d'usage de faux documents.

Cela n'a pas empêché SNC de décrocher pas moins de quatre contrats importants cette semaine, au Canada et ailleurs dans le monde.

Vendredi, l'entreprise a annoncé avoir obtenu un contrat de cinq ans de la part de Khafji Joint Operations, une coentreprise formée par les pétrolières Aramco et Kuwait Gulf Oil. En vertu de l'entente, dont la valeur n'a pas été divulguée, SNC effectuera divers travaux d'ingénierie pour des projets d'installations terrestres et maritimes dans le secteur des hydrocarbures.

SNC-Lavalin confiera l’exécution du contrat à ses bureaux d’Al Khobar, en Arabie saoudite, et de Londres, au Royaume-Uni.

Jeudi, la multinationale a reçu deux autres bonnes nouvelles.

D'abord, les autorités albertaines ont donné le feu vert à un projet piloté par sa filiale Altalink: la construction d'une ligne de transport d'électricité de 500 kilovolts qui reliera Calgary à Edmonton. SNC se chargera des travaux d'ingénierie et de construction du projet, un mandat évalué à 1,5 milliard $.

Plus tôt dans la journée, la société polonaise d'énergie PKN Orlen avait octroyé à un consortium composé de SNC-Lavalin et de General Electric International un contrat pour la construction d'une centrale électrique dans le centre du pays. La valeur du mandat de SNC est évaluée à 183,7 millions $.

Enfin, on a appris mercredi qu'un consortium formé notamment de SNC-Lavalin, EllisDon, Veolia et Alstom allait être responsable de la conception, du financement, de la construction et de l'entretien du futur train léger sur rail d'Ottawa, un projet de 2,1 milliards $. La part de SNC n'est pas connue.

«À notre avis, ces contrats montrent l'importance que les clients accordent à la vaste expérience de la firme et à sa capacité de réaliser des projets de grande envergure», a écrit vendredi l'analyste Pierre Lacroix, de Valeurs mobilières Desjardins, dans une note.

Seule ombre au tableau pour SNC-Lavalin cette semaine: le grand patron de la division des hydrocarbures et des produits chimiques de l'entreprise, Andy Mackintosh, en poste depuis à peine plus d'un an, a annoncé mardi qu'il quittait ses fonctions pour se joindre à une autre firme.

SNC est dans la tourmente depuis la révélation, faite en février, que l'entreprise a versé des commissions irrégulières à des intermédiaires dans le but de décrocher des contrats. En mars, une enquête interne a établi à 56 millions $ US la valeur de ces paiements, mais on a récemment appris que la police suisse enquêtait sur d'autres versements douteux totalisant 139 millions $ US.

La fraude alléguée pour laquelle M. Duhaime a été arrêté concerne le contrat de construction du nouveau Centre universitaire de santé McGill (CUSM), qu'un consortium dirigé par SNC-Lavalin a décroché en 2010 pour 1,6 milliard $. Des pots-de-vin de 22 millions $ auraient été versés dans ce dossier.

L'action de SNC-Lavalin a gagné 2,4 pour cent vendredi pour clôturer à 37,75 $, à la Bourse de Toronto. Le titre est toutefois en baisse de 4,2 pour cent par rapport à son cours de clôture de vendredi dernier.