NOUVELLES
07/12/2012 11:09 EST | Actualisé 06/02/2013 05:12 EST

La CAQ et Québec solidaire déçus du bilan du gouvernement Marois

L'heure des bilans a déjà sonné à Québec où la session parlementaire se termine vendredi. Le gouvernement Marois s'attire à l'occasion des critiques de l'opposition.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, déplore le manque de vision, les voltes-face et les promesses non tenues du gouvernement de Pauline Marois.

Dans le bilan qu'il a présenté aux journalistes vendredi matin, à l'Assemblée nationale, François Legault a expliqué qu'il a pu observer cet automne un premier gouvernement péquiste « déconnecté de la réalité des Québécois ».

« Un gouvernement qui semble vivre dans une dimension parallèle, on l'a vu, entre autres, avec le budget », a déclaré François Legault.

Selon la CAQ, le gouvernement Marois se fait aussi très timide en matière de relance économique, qui devrait être la priorité du gouvernement du Québec, soutien François Legault. Ce dernier déplore aussi que les péquistes aient aboli la hausse des droits de scolarité pour couper ensuite dans le financement des universités.

Manque de jugement et improvisation

Selon le chef de la CAQ, le gouvernement Marois a manqué de jugement à plusieurs reprises, notamment en accordant à André Boisclair une double nomination au ministère des Relations internationales, en nommant Nicolas Girard à la tête de l'Agence métropolitaine de transport ou encore en ayant confié le ministère de l'Environnement à Daniel Breton, qui a dû démissionner de ses fonctions à la suite de révélations embarrassantes sur son passé.

Pour François Legault, les Québécois ont hérité cet automne d'un gouvernement qui gouverne par essais-erreur. Un gouvernement issu, selon lui, « d'un vieux parti, prisonnier de ses vieux réflexes ».

Pas un gouvernement progressiste, selon Québec solidaire

Québec solidaire estime lui aussi que le bilan du gouvernement est décevant. Selon ce parti, l'excuse d'un gouvernement minoritaire pour ne pas pousser ses efforts et ses politiques aussi loin que les péquistes l'avaient promis ne tient pas.

Les deux élus du parti, François David et Amir Khadir, soulignent que le gouvernement, même minoritaire, était en position pour faire adopter des mesures plus progressistes, car les libéraux sont affaiblis, sans chef, et en mauvaise posture pour retourner en élection.

Dans son bilan de session, le député de Mercier Amir Khadir estime que son parti a réussi à démontrer que « le ver qui pourrit le système » est le lobbyisme. Quant à Françoise David, elle estime que le nouveau gouvernement de Pauline Marois a bien commencé, mais que ça s'est gâté par la suite.

Les crédits amputent les budgets des programmes qui viennent en aide aux gens les plus démunis dans la société, selon Québec solidaire.

Après Québec solidaire, ce sera au tour du parti Québec solidaire de présenter son bilan de session, suivi des libéraux, qui s'adresseront à la presse à 11 h ce matin.

La première ministre Pauline Marois présentera quant à elle son bilan de fin de session et ses voeux des fêtes à 14 h.