NOUVELLES
07/12/2012 09:44 EST | Actualisé 06/02/2013 05:12 EST

Climat: "Je ne suis pas pressé!", lance le négociateur qatari aux délégués

"Moi je ne suis pas pressé, j'habite à dix minutes d'ici en voiture!", a lancé vendredi le vice-Premier ministre du Qatar Abdallah al-Attiya, président des négociations climat qui menaçaient de s'éterniser, aux délégués dont certains s'agacaient du manque d'implication de l'Etat pétrolier.

"Je ne suis pas pressé, je suis chez moi, et ma maison est seulement à 10 minutes en voiture!", a déclaré, semi-ironique, le déconcertant Abdallah al-Attiya lors d'une grande réunion plénière censée faire le point sur les pourparlers.

"Donc, je serais ravi que vous restiez ici quelques jours de plus", a ajouté M. Attiya, apparemment plus amateur de bons mots que de discours truffés de termes techniques typiques des négociations sur le climat.

Les discussions allaient tous azimuts vendredi entre les diverses délégations, des petites îles menacées par la montée des mers aux Etats-Unis, en passant par la Russie ou l'Union européenne, sur les moyens de faire progresser la lutte contre le changement climatique.

Un accord était attendu dans la nuit, dans le meilleur des cas, mais la question de l'aide financière que les pays du Sud demandent au Nord pour les aider à faire face au réchauffement ou les détails de l'acte II de Kyoto étaient encore loin d'être réglés.

Et de nombreux délégués s'agaçaient du manque d'implication de la présidence du Qatar, le premier émetteur de gaz à effet de serre au monde par habitant, dans ces discussions. Par le passé, l'intervention des pays hôtes de ces grandes conférences de l'ONU a pu être déterminante pour abréger des discussions sans fin, et parvenir à un accord.

"Ici, il n'y a pas de prise en main de l'ensemble. Jusqu'ici, la présidence qatarie est totalement absente", s'énervait un négociateur européen.

En réunion plénière, la commissaire européenne Connie Hedegaard chargée du climat a d'ailleurs exhorté Abdallah al-Attiya de prendre les choses en main.

"Nous n'avons pas beaucoup de temps. Vous n'avez pas beaucoup de temps. S'il vous plaît, convoquez une réunion ministérielle", a-t-elle lancé au responsable qatari, afin d'examiner dans leur ensemble les différentes questions qui sont actuellement discutées dans toutes sortes de forum.

cls/mh/vl

PLUS:afp