NOUVELLES
07/12/2012 05:51 EST | Actualisé 06/02/2013 05:12 EST

Ban Ki-moon estime insuffisante l'aide aux réfugiés syriens

Le chef des Nations unies, Ban Ki-moon, a estimé insuffisante l'aide aux centaines de milliers de réfugiés syriens en visitant vendredi le camp de Zaatari dans le nord de la Jordanie.

"Encore une fois, j'appelle la communauté internationale et particulièrement les pays de la région, à fournir une aide humanitaire de base", aux quelques 250.000 réfugiés syriens, a déclaré M. Ban dans une conférence de presse.

"On ne peut détourner le regard de gens qui souffrent et qui meurent. On se doit de les aider", a ajouté le secrétaire général de l'organisation onusienne.

Selon des responsables jordaniens, Zaatari accueille environ 45.000 Syriens qui ont fui leur pays en proie depuis 20 mois à un conflit dévastateur déclenché par une révolte populaire qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression.

"Les Nations unies s'efforcent d'alléger les souffrances des Syriens à l'intérieur comme à l'extérieur de leur pays. Mais l'aide humanitaire n'a pas suivi le nombre grandissant de réfugiés", a relevé M. Ban avoir avoir discuté avec les responsables du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR).

"L'appel au financement de l'aide n'a été satisfait qu'à moitié et on a assisté à un triplement du nombre de réfugiés", a-t-il précisé.

M. Ban a prédit il y a une semaine un bond à 700.000 réfugiés d'ici janvier alors que le conflit syrien a atteint un "niveau épouvantable de brutalité".

Les Nations unies estiment qu'il y a actuellement 460.000 réfugiés dans les pays limitrophes et en Afrique du Nord, ainsi que 20.000 autres en Europe.

"Je viens de visiter le camp où je suis venu exprimer la grande solidarité de l'ONU. J'ai entendu de certains réfugiés des histoires à faire fondre le coeur", a-t-il dit après s'être rendu dans une école du camp.

"Certains continuent de souffrir des traumatismes de la torture et des violations de leurs droits humanitaires et de leur dignité. Je suis choqué, attristé et même en colère face à cette tragédie humaine", a confié M. Ban.

Il a invité la Jordanie à garder sa frontière ouverte et renouvelé son appel à "toutes les parties, notamment le gouvernement syrien à cesser, au nom de l'humanité, les violences" qui ont fait plus de 42.000 morts en 20 mois selon une ONG syrienne.

msh-akh/tp