NOUVELLES
06/12/2012 02:59 EST | Actualisé 05/02/2013 05:12 EST

Un syndicat tunisien appelle à la grève générale le 13 décembre

TUNIS, Tunisie - La principale centrale syndicale tunisienne a appelé à la tenue d'une grève générale dans tout le pays le 13 décembre, en réponse à l'attaque de ses membres par des partisans du gouvernement dirigé par les islamistes plus tôt cette semaine à Tunis.

Cette décision rare dans l'histoire syndicale de la Tunisie a été prise au terme d'une réunion extraordinaire de la commission administrative de la centrale syndicale UGTT.

Le syndicat réclame la dissolution des «comités de protection de la révolution», groupes proches du parti islamiste Ennahda au pouvoir, suspectés d'être les auteurs d'actes de vandalisme et de l'agression de dirigeants syndicaux.

Le parti islamiste modéré Ennahda a remporté les premières élections libres organisées en Tunisie après le départ du dictateur Zine El Abidine Ben Ali, en janvier 2011, aboutissant à la constitution d'un gouvernement de coalition dirigé par les islamistes.

Malgré cette transition démocratique, le pays connaît d'importantes difficultés économiques, attisant la frustration populaire et les tensions entre le parti au pouvoir et les syndicats.

Ennahda a condamné les violences de mardi à Tunis et a promis une enquête, tout en demandant à toutes les parties de trouver un terrain d'entente dans l'intérêt du pays.

La semaine dernière, une grève générale dans la province de Siliana avait dégénéré en affrontements avec la police pendant cinq jours. Mardi, des partisans du gouvernement avaient attaqué des membres du syndicat près de leur siège à Tunis.