NOUVELLES
06/12/2012 01:09 EST | Actualisé 05/02/2013 05:12 EST

Syrie: le député libanais accusé d'armer les rebelles dénonce un coup monté

Un député libanais proche de l'ancien Premier ministre Saad Hariri a affirmé jeudi que les enregistrements téléphoniques explosifs l'impliquant dans une éventuelle livraison d'armes aux rebelles syriens étaient un montage.

"Il s'agit du plus grand scandale politique et moral", a affirmé Okab Sakr, un député chiite appartenant au groupe parlementaire anti-syrien, le Bloc du Futur dirigé par M. Hariri, lors d'une conférence de presse à Istanbul retransmise par les chaînes libanaises.

Publiées la semaine dernière dans le quotidien Akhbar et sur la chaîne OTV, tous deux favorables au régime syrien, les conversations avaient été authentifiées lundi par l'intéressé. Jeudi, il a assuré qu'elles avaient été manipulées et qu'il allait en publier l'intégralité.

"J'ai dit que c'était ma voix et mes mots mais je n'ai pas dit que ce qui était publié était juste", a-t-il expliqué, précisant que les enregistrements dataient d'il y a sept mois.

Le député a présenté des passages dont il affirme qu'ils ont été coupés puis montés. Dans un enregistrement, on peut entendre un commandant rebelle identifié sous le nom d'Abou Nooman lui demander des armes.

"En ce qui concerne les armes, je ne peux rien faire (...). Je ne peux pas vous en fournir", dit M. Sakr selon cet enregistrement, qu'il a présenté comme original et non remonté, assurant qu'Abou Nooman l'avait contacté au sujet de l'enlèvement de pèlerins chiites libanais en Syrie.

A propos d'un autre enregistrement où il déclare vouloir "accroître les quantités", le député a assuré qu'il s'agissait d'aide humanitaire et non d'armes: "Oui, c'est vrai, nous fournissons à la Syrie du lait pour bébé, et c'est une arme terroriste dangereuse, car Bachar al-Assad leur fait boire du sang", a-t-il lancé à la presse.

Dans un entretien lundi au quotidien panarabe Asharq al-Awsat, M. Sakr avait dédouané M. Hariri: "Ce que je fais représente ma profonde conviction et correspond aux intérêts du Liban. Je suis personnellement responsable de tout ce que je fais".

Jeudi, M. Hariri a félicité dans un communiqué le député, réaffirmant son soutien au peuple syrien, affirmant qu'il s'agissait "d'une responsabilité morale, nationale et arabe".

La Syrie, ancienne puissance tutélaire de son petit voisin libanais, a réagi par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Moqdad, qui a accusé MM. Hariri et Sakr de "financer et armer les terroristes pour tuer le peuple syrien".

kam/sk/sbh/fc