NOUVELLES
06/12/2012 02:13 EST | Actualisé 05/02/2013 05:12 EST

Le Congrès américain provoque la colère de Moscou avec la "liste Magnitski"

Le Congrès américain a provoqué la colère de Moscou jeudi en votant des sanctions contre les Russes impliqués dans le décès en détention en 2009 du juriste Sergueï Magnitski, qui avait révélé des détournements de fonds par des fonctionnaires.

La diplomatie russe a immédiatement menacé Washington de ripostes, sans en préciser la teneur, en qualifiant le vote de "théâtre de l'absurde".

La "liste Magnitski" nouvellement créée frappe d'interdiction de voyage et de gel de leurs avoirs aux Etats-Unis les personnes impliquées dans la mort de M. Magnitski.

"Nous envoyons un signal à Vladimir Poutine et à la kleptocratie russe, pour leur dire que ce type de violations des droits de l'homme ne sera pas toléré", a déclaré le sénateur John McCain à l'issue d'un vote quasi-unanime jeudi au Sénat.

La loi doit maintenant être promulguée par le président Barack Obama, qui s'est engagé jeudi à "soutenir ceux qui travaillent à un avenir libre et démocratique pour la Russie, et promouvoir l'Etat de droit et le respect des droits de l'homme dans le monde".

Dans son communiqué, M. Obama a mis en avant la normalisation des relations commerciales avec la Russie, entérinée par une autre partie de la loi votée jeudi, mais n'a pas cité le nom de M. Magnitski.

Le nom de Sergueï Magnitski était pourtant sur toutes les lèvres au Congrès, élu après élu rendant hommage au combat du juriste, mort à 37 ans de violences et de privation de soin, après un an de détention, et devenu, pour les Occidentaux, un symbole des atteintes aux droits de l'homme en Russie.

Avocat fiscaliste conseillant le fonds d'investissement Heritage Capital, il avait été arrêté après avoir accusé des fonctionnaires du ministère de l'Intérieur d'une gigantesque fraude fiscale.

Le ministère russe des Affaires étrangères a prévenu que "la loi adoptée par le Sénat (américain) aura une influence très négative sur le futur de notre coopération bilatérale", soulignant les progrès obtenus ces dernières années dans les relations entre les deux pays.

Les sanctions américaines, qui visent aussi tous les responsables de "graves" violations des droits de l'homme en Russie, ont été ajoutées dans un amendement à une loi de normalisation des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Russie.

Après l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce en août, Moscou doit baisser ses droits de douane et, pour en profiter, les Etats-Unis doivent abroger un amendement voté pendant la Guerre Froide, dit Jackson-Vanik, qui prohibait des relations commerciales normales avec des pays violant les droits de l'homme.

Mais de nombreux parlementaires américains restaient opposés à cette normalisation en raison des violations russes des droits de l'homme et des ventes d'armes de Moscou au régime syrien, d'où la création de la "liste Magnitski" de fonctionnaires impliqués dans la mort du juriste.

"Le privilège d'utiliser le système bancaire américain et d'obtenir un visa américain doit être refusé à ceux qui déshonorent la dignité humaine et la justice", a déclaré le sénateur républicain Roger Wicker.

En normalisant les relations commerciales avec la Russie, les Etats-Unis espèrent doubler leurs exportations vers ce pays en cinq ans, a indiqué le sénateur John Kerry.

"Nous avons franchi une nouvelle étape pour concrétiser toutes les opportunités d'exportations et lutter à armes égales pour les travailleurs américains, les agriculteurs, les éleveurs et les fournisseurs de services", a déclaré M. Obama dans son communiqué.

ico/are