NOUVELLES
06/12/2012 01:29 EST | Actualisé 05/02/2013 05:12 EST

Le Congrès américain crée une "liste Magnitski", Moscou promet de risposter

Le Congrès américain a approuvé jeudi des sanctions contre les fonctionnaires russes impliqués dans le décès du juriste Sergueï Magnitski en 2009, défiant Moscou, qui a promis de son côté de "riposter".

La diplomatie russe a qualifié jeudi ce vote de "spectacle du théâtre de l'absurde" et s'est dite "obligée de riposter".

Le Congrès américain a approuvé ces sanctions lors du vote d'une loi de normalisation des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Russie.

Après la Chambre des représentants le 16 novembre, le Sénat a voté jeudi par 92 voix contre 4 la fin de l'application à la Russie de l'amendement dit Jackson-Vanik, qui interdisait depuis 1974 des relations commerciales normales avec des pays violant les droits de l'homme.

Mais les élus ont ajouté à cette loi des sanctions contre les fonctionnaires impliqués dans le décès de M. Magnitski, un juriste arrêté après avoir accusé des policiers et agents du fisc d'être derrière des opérations de détournements de fonds et de blanchiment. M. Magnitski est mort en détention à 37 ans, victime de violences et privé de soins.

"Nous envoyons un signal à Vladimir Poutine et à la kleptocratie russe, pour leur dire que ce type de violations des droits de l'homme ne sera pas tolérée", a déclaré le sénateur républicain John McCain après le vote.

Selon cette nouvelle loi, qui doit encore être promulguée par le président Barack Obama, les individus impliqués dans le décès de M. Magnitski, ainsi que toute personne responsable de graves violations des droits de l'homme en Russie, se verront refuser des visas pour entrer aux Etats-Unis, et leurs avoirs pourront y être gelés.

"Le privilège d'utiliser le système bancaire américain et d'obtenir un visa américain doit être refusé à ceux qui déshonorent la dignité humaine et la justice", a déclaré le sénateur républicain Roger Wicker dans l'hémicycle.

Mercredi, Moscou avait pris les devants et vivement dénoncé le vote prévu. Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, avait qualifié de "grande erreur" la création de ces sanctions après le premier vote de la Chambre des représentants.

La Russie a aussi menacé Washington de mesures de rétorsion.

La Russie est devenue en août le 156e membre de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), et s'apprête donc à baisser ses tarifs douaniers, mais pour en profiter, Washington doit formellement lever les restrictions commerciales imposées depuis la Guerre Froide.

L'amendement Jackson-Vanik était systématiquement suspendu pour la Russie par un décret présidentiel chaque année depuis 1994. Le vote du Congrès l'annule définitivement, ainsi que pour la Moldavie.

Mais de nombreux parlementaires américains restaient opposés en raison de violations des droits de l'homme et des ventes d'armes de Moscou au régime syrien, d'où la création de la "liste Magnitski" de fonctionnaires impliqués dans la mort du juriste.

ico/are