NOUVELLES
06/12/2012 04:56 EST | Actualisé 05/02/2013 05:12 EST

Baird demande l'appui de la Russie et de la Chine contre Bachar Al-Assad

OTTAWA - Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, presse la Chine et la Russie d’utiliser leur influence pour convaincre le président syrien, Bachar Al-Assad, de ne pas déployer des armes chimiques au moment où l’étau se resserre contre son régime, comme l'indiquent certains documents.

Le Conseil de sécurité de l'ONU n'a pu exercer son pouvoir contre la Syrie en raison des objections de la Russie et de la Chine.

En Chambre, jeudi, le ministre Baird a indiqué que ces documents étaient profondément troublants et totalement inacceptables, tout en ajoutant que le gouvernement Harper a déjà prévenu que la communauté internationale ne tolérerait pas l'usage d'armes chimiques par Bachar Al-Assad contre son peuple.

Le Canada, les États-Unis et plusieurs pays européens et arabes réclament le départ de Bachar Al-Assad.

Pendant ce temps, l’OTAN poursuit son idée de déployer des missiles Patriot le long de la frontière avec la Turquie pour contrer de possibles attaques syriennes.

Le régime syrien a dénoncé ce geste de l'OTAN, le qualifiant de guerre psychologique, et a réitéré sa volonté de poursuivre sa lutte contre les rebelles qualifiés de terroristes.

Dans sa déclaration de jeudi, le ministre Baird a insisté sur la responsabilité du régime actuel. «Ultimement, c'est Bachar Al-Assad et ses partisans qui seront tenus responsables. Nous soutenons le peuple syrien dans ces moments difficiles.»

Les pays occidentaux ne sont pas favorables à la vente d'armes aux rebelles parce qu'ils craignent les extrémistes qui se trouvent dans leurs rangs.

PLUS:pc