NOUVELLES
05/12/2012 02:56 EST | Actualisé 04/02/2013 05:12 EST

SNC-Lavalin prendra part à la construction de la Ligne de la Confédération

MONTRÉAL - Un consortium international dont fait partie SNC-Lavalin (TSX: SNC) a été sélectionné mercredi pour construire la Ligne de la Confédération, projet de train léger sur rail d’Ottawa, d'une valeur de 2,1 milliards $.

Le Groupe de Transport Rideau (GTR) a été recommandé au conseil municipal afin de concevoir, construire, financer et entretenir le projet de train léger sur rail. Les responsables municipaux devraient approuver la recommandation après avoir pris connaissance de commentaires émis par la population.

Le consortium inclut SNC-Lavalin, la société espagnole ACS Infrastructure, EllisDon Corp., EllisDon Inc., Dagrados Canada et Veolia Transportation Services.

La construction devrait débuter en février prochain. Les travaux donneront lieu à l'élargissement d'une section de l'autoroute 417 et devraient entraîner la création de quelque 20 000 emplois. La construction sera en majeure partie terminée d'ici la fin de 2017, mais la ligne ne devrait pas entrer en service avant 2018, une fois passé le 150e anniversaire du Canada.

Le premier ministre ontarien Dalton McGuinty a pris part à la conférence de presse lors de laquelle a été dévoilée l'identité du consortium désigné.

«Aujourd'hui, nous franchissons une autre étape marquante dans la réalisation de cet important projet. Il créera des emplois, protégera l'environnement en retirant des voitures de la route et contribuera à une meilleure qualité de vie pour la population d'Ottawa», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Le gouvernement provincial a indiqué s'être engagé à allouer jusqu'à 600 millions $ au réseau de transport en commun rapide d'Ottawa, précisant qu'il s'agissait du plus important investissement unique de la province de toute l'histoire de la ville d'Ottawa.

Alstom fournira les véhicules pour la ligne. Sa société rivale Bombardier (TSX:BBD.B) faisait partie d'Ottawa Transit Partners, l'un des deux consortiums perdants, avec Rideau Transit Partners.

Bombardier a également perdu face à Alstom mercredi en Afrique du Sud, où était en jeu un contrat ferroviaire d'une valeur de 8,5 milliards $.

La part du projet détenue par SNC-Lavalin n'a pas été rendue publique, mais des analystes ont affirmé que la sélection de SNC-Lavalin devrait être positive pour le géant montréalais de l'ingénierie et ses partenaires comme le Groupe IBI (TSX:IBG), dont les actions ont souffert des préoccupations des investisseurs au sujet de faibles résultats trimestriels.

Ce contrat survient environ deux mois après qu'un autre consortium incluant SNC eut été retenu par le gouvernement de la Colombie-Britannique afin de concevoir et réaliser le projet de transport en commun rapide Evergreen Line, d'une valeur de 1,4 milliard $.

Ce projet, qui sera intégré au système SkyTrain existant, permettra de relier entre elles les villes de Burnaby, Port Moody et Coquitlam au moyen d'une voie de 11 kilomètres.

Les actions de SNC-Lavalin ont terminé la séance de mercredi à 36,93 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 55 cents par rapport à leur précédent cours de clôture.