NOUVELLES
05/12/2012 05:11 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Poursuite contre le syndicat des policiers : la défense demande la récusation du juge

Au palais de justice de Québec, la cause de l'ex-policier de Québec Romuald Castilloux, qui poursuit son ancien syndicat en dommages et intérêts, a dû être ajournée jusqu'à jeudi matin. L'avocat du syndicat a demandé la récusation de la juge au dossier.

Me Gilles Grenier appuie sa requête sur les propos qu'a tenus la juge Suzanne Hardy-Lemieux à la suite du contre-interrogatoire du président de la Fraternité des policiers, Bernard Lerhé. Me Grenier déplore les propos de la juge, qui, selon lui, donnent l'apparence d'une idée préconçue sur le fond du litige.

« Sans présumer de la décision que je rendrai, bien sûr, mais peu importe la décision que je rendrai, le syndicat, ce sera pas chic, chic, dans les journaux », aurait dit la juge Hardy-Lemieux, selon la requête.

De son côté, l'avocat de Romuald Castilloux, Me Jacques Larochelle, rétorque que le juge peut donner son avis sur une cause. Il considère qu'il s'agit d'une question de liberté d'expression. Me Larochelle demande à la juge de rejeter la requête de son confrère. Cette dernière rendra sa décision jeudi matin.

L'ex-policier Romuald Castilloux maintenant âgé de 56 ans a entrepris en 2001 une poursuite civile contre la Fraternité des policiers pour atteinte à sa réputation. Romuald Castilloux soutient que sa vie a basculé lorsqu'il a commencé à dénoncer ce qu'il estime être de la fraude. Il allègue que des membres du syndicat ont falsifié des documents pour effectuer des dépenses exagérées.