NOUVELLES
05/12/2012 05:41 EST | Actualisé 04/02/2013 05:12 EST

Mesures anticorruption : le directeur général de la Ville de Montréal se veut rassurant

Le directeur général de la Ville de Montréal se défend d'avoir éliminé plusieurs mesures mises en place par ses prédécesseurs pour lutter contre la collusion et la corruption.

La Presse révélait mercredi que depuis janvier, il avait insisté pour distribuer des contrats le plus rapidement possible, faisant sauter ainsi les balises anticorruption.

M. Hébert dit que plusieurs mesures sont en place, dont des équipes d'économistes qui préparent des soumissions confidentielles qui servent d'indicateurs.

Les modifications apportées aux mesures de contrôle mises en place à Montréal pour lutter contre la corruption visent à corriger et à éradiquer ce phénomène, a expliqué en point de presse le directeur général de la Ville.

M. Hébert a affirmé que sa priorité était de rétablir la confiance des citoyens envers leur administration municipale.

Se voulant rassurant, M. Hébert soutient que son administration applique les mesures de contrôle les plus strictes.

« La tolérance est zéro à la Ville par rapport à tout ce qui est criminel », incluant la collusion et la corruption, a affirmé Guy Hébert.