NOUVELLES
05/12/2012 04:05 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Libération d'un blogueur libyen après plus de 12 heures de détention

Un blogueur libyen a été libéré dans la nuit de mardi à mercredi après plusieurs heures de détention à Tripoli dans des circonstances encore floues, a-t-on appris auprès de sa famille qui avait fait état dans un premier temps d'"enlèvement".

Hamid Ahmed Talouba "a été libéré", a indiqué sa nièce Hajer.

Lui même a annoncé sa libération sur son compte Twitter.

"Je suis à la maison en toute sécurité. Merci à tous ceux d'entre vous qui m'ont aidé. Détails à venir. Priez pour ceux qui n'ont pas eu le soutien et l'aide que j'ai trouvés", a indiqué ce cyber-activiste très actif durant la révolution libyenne qui avait renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Sa famille avait indiqué auparavant que M. Talouba avait été "enlevé" de chez lui par un groupe d'inconnus mardi matin.

"Ce n'est qu'en début de soirée que nous avons appris qu'il était détenu par la Haute commission de sécurité (HCS)", organe contesté dépendant officiellement du ministère de l'Intérieur, a indiqué à l'AFP sa nièce.

Le président de l'Assemblée nationale Mohamed al-Megaryef, qui semblait ne pas avoir d'informations sur l'arrestation de M. Talouba, avait dénoncé mardi son "enlèvement" et appelé à "lutter avec fermeté contre ces crimes".

M. Talouba, un universitaire d'une cinquantaine d'année, est connu notamment sur Twitter par le pseudonyme @2011feb17, en référence à la date du déclenchement de la révolution libyenne qui a fait tomber le régime du dictateur Mouammar Kadhafi.

Ce père de quatre enfants était devenu célèbre sur les réseaux sociaux en Libye notamment pour avoir milité sur Internet contre le régime kadhafiste depuis le déclenchement de l'insurrection libyenne.

La HCS, qui regroupe des milliers d'ex-rebelles ayant intégré le ministère de l'Intérieur, est critiquée par une grande frange de Libyens qui estiment que les autorités n'ont aucun contrôle sur cet organe de sécurité et appellent à sa dissolution.

ila/cnp