NOUVELLES
05/12/2012 04:09 EST | Actualisé 04/02/2013 05:12 EST

Les investisseurs ont bien accueilli le plan de restructuration du CP

CALGARY - Les investisseurs ont bien accueilli mercredi le plan de restructuration rendu public la veille par le Canadien Pacifique (TSX:CP) afin de réduire ses coûts, tandis qu'un syndicat représentant 5000 des travailleurs du transporteur attendait d'en savoir davantage sur les mises à pied annoncées.

Les actions du transporteur ferroviaire de Calgary ont grimpé de 3,82 $, soit 4,1 pour cent, à la Bourse de Toronto, où elles ont clôturé à 96,82 $. Elles ont atteint en cours de séance un nouveau sommet de 98,04 $ pour les 52 dernières semaines.

Les actionnaires réagissaient à la présentation, mardi soir, du nouveau président et chef de la direction du CP, Hunter Harrison, au sujet de sa vision d'avenir pour l'entreprise en difficulté financière.

Le changement le plus marquant sera la réduction de 23 pour cent de la main-d'oeuvre du transporteur, actuellement de 19 500 travailleurs, d'ici 2016.

Environ 1700 des 4500 postes sacrifiés devraient être éliminés d'ici la fin de l'année.

La réduction des effectifs sera essentiellement atteinte par l'entremise d'attrition, ce qui signifie que les employés qui prendront leur retraite ne seront pas remplacés.

La direction du CP n'a pas encore rencontré les dirigeants de la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC), qui représente notamment les chefs de train, les agents de triage, les ingénieurs de locomotives et les contrôleurs de la circulation ferroviaire, a indiqué le syndicat dans un communiqué, mercredi.

«Il est difficile pour nous d'évaluer l'étendue de la décision», a affirmé le commenté vice-président de la CFTC, Doug Finnson. «Nous allons attendre de rencontrer la direction pour connaître les détails et nous réservons nos commentaires pour plus tard.»

En mai, ce groupe de travailleurs des Teamsters — appelé «personnel roulant» — avait débrayé pendant neuf jours avant qu'Ottawa ne le force à retourner au travail.

L'arrêt de travail avait eu lieu quelques jours après que les actionnaires eurent voté pour chasser le chef de la direction du transporteur, Fred Green, à la suite d'une âpre course aux procurations lancée par le plus important actionnaire du CP, Pershing Square Capital Management.

Mais cela s'est déroulé environ un mois avant que M. Harrison, le choix de Pershing Square pour remplacer M. Green, soit formellement nommé chef de la direction.

«Nous avons de bonnes relations avec la plupart de nos organisations. Je peux vous dire que les Teamsters, pour ce qui est du personnel roulant, n'est pas mon groupe préféré en ce moment», a déclaré M. Harrison lorsqu'il discutait de ses plans pour le CP avec des investisseurs à New York, mercredi.

«Je n'étais pas là à l'époque, mais juste avant mon arrivée, en ce qui me concerne, ils ont frappé cette entreprise alors qu'elle était déjà par terre.»