NOUVELLES
05/12/2012 12:36 EST | Actualisé 04/02/2013 05:12 EST

Les Etats-Unis resteraient en marge d'une intervention militaire au Mali

Le Pentagone a réitéré mercredi qu'en cas d'intervention militaire internationale dans le nord du Mali, occupé par des groupes islamistes, les Etats-Unis se contenteraient d'un rôle d'entraînement et de conseil.

"Au-delà du personnel contribuant au processus de planning, nous ne prévoyons pas d'opération impliquant des soldats sur le terrain", a déclaré Amanda Dory, secrétaire adjointe à la Défense chargée de l'Afrique, à l'issue d'une audition consacrée à la crise malienne au Sénat américain.

"A ce stade, nous n'avons pas défini le type de soutien qu'apporteraient le Pentagone et les Etats-Unis au-delà de l'entraînement, de l'équipement et du soutien à la force militaire internationale", a indiqué celle-ci.

Les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Mali après le coup d'Etat de mars, mais coopèrent militairement avec leurs voisins. La Mauritanie est assistée dans sa capacité de renseignement, et les Américains aident les Nigériens à contrôler leurs frontières, a par exemple rappelé Mme Dory pendant son audition.

C'est via ces pays et d'autres partenaires africains que les Américains soutiendraient la force internationale, mais la question du soutien logistique et notamment aérien n'a pas été tranchée, a précisé Mme Dory.

Les chefs d'Etat des 15 pays membres de la Cédéao ont adopté le 11 novembre à Abuja un plan de reconquête militaire du nord du Mali occupé par les islamistes armés. Ils ont approuvé l'envoi d'une force militaire internationale de 3.300 soldats pour une durée d'un an.

Mais si l'intervention était approuvée par les Nations unies, elle ne pourrait pas être déclenchée "avant septembre octobre" 2013, a estimé mercredi à Paris le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous.

Le nord du Mali est contrôlé depuis fin juin par trois groupes islamistes armés: Ansar Dine, mouvement essentiellement composé de Touaregs maliens, et les jihadistes surtout étrangers d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

ico/are