NOUVELLES
05/12/2012 01:48 EST | Actualisé 04/02/2013 05:12 EST

Le Comité olympique indien élit son président malgré le veto du CIO

Le Comité olympique indien (IOA), suspendu mardi par le Comité international olympique (CIO) pour ingérences gouvernementales et mauvaise gouvernance, a néanmoins élu son président et son secrétaire général mercredi, a confirmé son président par intérim.

Seuls candidats à leurs postes respectifs, le secrétaire général Lalit Bhanot et le président Abhey Singh Chautalale ont été élus, a déclaré à New Delhi l'actuel président par intérim Vijay Kumar Malhotra.

"Le tribunal de Delhi nous a ordonné de respecter le code sportif du gouvernement dans ces élections, et c'est ce que nous avons fait, nous ne pouvons nous opposer à la loi du pays", a-t-il expliqué.

"Nous sommes confiants que nous convaincrons le CIO de révoquer la suspension", a assuré M. Malhotra.

Le nouveau secrétaire général Lalit Bhanot a récemment été libéré sous caution après 11 mois de détention préventive pour corruption. Il a déclaré qu'il démissionnerait s'il est condamné.

Le nouveau président Abhey Singh Chautalale est un homme politique d'un Etat indien proche d'un ancien candidat lui aussi accusé de corruption.

L'IOA n'est pas autorisée à tenir des élections, avait averti le directeur des relations du CIO avec les comités olympiques nationaux, Pere Miro.

L'IOA a été suspendu "pour avoir manqué de se conformer à la charte olympique et à ses statuts, manqué d'informer le CIO dans le temps imparti, et comme mesure préventive à l'interférence gouvernementale dans le processus électoral", avait expliqué le porte-parole du CIO Mark Adams, à l'issue de la réunion de la commission exécutive de l'organisation à Lausanne.

En conséquence, "le comité olympique indien a perdu tous ses droits conférés par la charte olympique, à savoir les droits de recevoir de l'assistance financière, de l'assistance technique et de prendre part à toute compétition sous juridiction du CIO", avait précisé Pere Miro.

Cela signifie que les athlètes indiens n'ont plus le droit de participer à des jeux Olympiques ou des jeux Olympiques de la Jeunesse. Mais les prochains JO, ceux d'hiver à Sotchi, n'auront lieu qu'en février 2014, et le CIO a promis d'examiner toute situation au cas par cas.

kl/co/mam/el