NOUVELLES
05/12/2012 03:00 EST | Actualisé 04/02/2013 05:12 EST

La Nasa à la dérive faute de consensus sur ses objectifs, selon des experts

La Nasa, l'agence spatiale américaine, part à la dérive en raison de l'absence de consensus national sur ses objectifs stratégiques à long terme, affirment des experts indépendants dans un rapport de l'Académie des sciences publié mercredi.

La Maison Blanche devrait prendre l'initiative pour forger un consensus sur la direction de la Nasa de manière à mieux aligner le budget de l'agence avec ses objectifs, et pour éliminer les restrictions qui l'empêchent de gérer plus efficacement son personnel et ses infrastructures, préconisent-ils.

Pour ces experts, il existe une incohérence entre les programmes et les tâches assignées à la Nasa et le montant du budget alloué par le Congrès pour les exécuter.

En outre, ils mettent fortement en doute la réalité d'un consensus sur l'objectif "intermédiaire" établi par le président Barack Obama pour l'exploration spatiale habitée consistant à envoyer des astronautes sur un astéroïde. L'ultime but, ensuite, est la conquête de Mars dans les années 2030.

"Le but intermédiaire actuellement énoncé pour les vols habités est de visiter un astéroïde d'ici 2025", relève Albert Carnesale, professeur à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA), qui préside le groupe.

"Mais nous voyons peu d'indications qu'une telle destination fait l'objet d'un large consensus à la Nasa, aux Etats-Unis et dans la communauté internationale", ajoute-t-il.

Selon cet expert, "le manque de consensus national sur l'objectif le plus visible publiquement des vols habités, couplé aux incertitudes budgétaires, sapent la capacité de la Nasa à mettre en oeuvre ses programmes et à allouer ses ressources".

Les auteurs du rapport proposent quatre options, tout en soulignant la difficulté de les mettre en oeuvre, pour réconcilier le budget de la Nasa avec ses missions, ses infrastructures et son personnel:

- Mettre en oeuvre un programme musclé de restructuration pour réduire les coûts de main d'oeuvre et d'infrastructures.

- Accroître le budget annuel, de près de 18 milliards de dollars actuellement.

- S'engager dans des partenariats avec d'autres agences gouvernementales, le secteur privé et des partenaires internationaux pour partager les coûts.

- Réduire considérablement la taille et le nombre des programmes actuels.

Le rapport a été sponsorisé par l'Académie américaine des sciences et la Nasa.

js/lor