NOUVELLES
05/12/2012 07:40 EST | Actualisé 04/02/2013 05:12 EST

Colonies: un plan israélien contesté présenté au ministère de la Défense

Un plan de construction controversé dans une colonie israélienne près de Jérusalem a été présenté mercredi à une commission du ministère de la Défense, selon un responsable et les médias israéliens.

Le plan de développement du secteur E1, qui relierait la colonie de Maalé Adoumim, en Cisjordanie occupée, à des des quartiers de colonisation juive à Jérusalem-Est, a été présenté à la commission de planification du ministère de la Défense, a indiqué à l'AFP un responsable israélien sous le couvert de l'anonymat.

"Cela pourrait prendre des mois, voire des années pour obtenir une approbation" par cette commission, a-t-il précisé, soulignant que "l'accord final doit venir du niveau politique".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est attendu mercredi en Allemagne, où il devrait tenter de calmer les inquiétudes et protestations soulevées, notamment en Europe, par sa décision de relancer la colonisation, y compris dans le projet E1, à titre de sanction contre l'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU le 29 novembre.

Le projet E1, s'il était mené à bien, couperait en deux la Cisjordanie et l'isolerait de Jérusalem, compromettant la viabilité d'un futur Etat palestinien.

Le quotidien israélien Haaretz rapporte que le plan a été "ajouté à la dernière minute à l'ordre du jour" de la commission du ministère de la Défense, affirmant qu'il porte "sur la construction de 3.400 logements dans le corridor E1 entre Maalé Adoumim et Jérusalem".

Le journal Maariv rapporte que le gouvernement Netanyahu s'efforçait de dissiper les inquiétudes de l'administration américaine en rappelant que la construction effective ne commencerait pas sans son autorisation expresse.

"S'il y a des progrès dans les pourparlers avec les Palestiniens ou une véritable menace de sanctions contre Israël, surtout de l'Europe et des Etats-Unis, la procédure peut être arrêtée", a affirmé un haut responsable israélien cité par Maariv.

Le projet avait été gelé en 2005 sous pressions de l'administration du président américain de l'époque George W. Bush.

jlr-sst/feb