NOUVELLES
04/12/2012 12:52 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Un journaliste d'un quotidien officiel syrien tué à Damas (TV)

Un journaliste du quotidien gouvernemental Techrine, Naji Assaad, a été tué mardi à Tadamoun, un quartier du sud de Damas, a rapporté la télévision d'Etat syrienne, évoquant un acte "terroriste visant les forces vives de la nation".

Ce journaliste retraité né en 1951 continuait à écrire pour le journal, qui avait d'ailleurs publié l'un de ses articles dans l'édition de lundi, ont précisé des responsables de Techrine à l'AFP. Il avait entamé sa carrière à Techrine en 1979.

De son côté, l'agence officielle Sana a affirmé que M. Assaad avait été tué "d'une balle dans la tête tirée par un sniper alors qu'il quittait son domicile à 08H30 (06H30 GMT) pour se rendre au travail".

Raghda Mardini, la rédactrice en chef de Techrine, citée par Sana, a estimé que "ce crime visait les médias syriens qui ont mis à jour le complot fabriqué par les médias pour faire couler le sang syrien".

Il s'agit du second assassinat de journaliste en moins de deux semaines dans ce quartier en proie à de violents combats entre soldats et insurgés.

Le 22 novembre, Bassel Tawfiq Youssef, reporter à la télévision d'Etat syrienne, y avait été abattu par des rebelles qui l'accusaient d'appartenir aux "chabbihas", les milices civiles du régime.

Au moins 15 journalistes professionnels, dont des étrangers et des syriens, et 41 citoyens-journalistes ont été tués en Syrie dans le cadre de leur activité depuis le début du conflit en mars 2011, avait indiqué Reporters sans frontières dans son dernier bilan fin novembre.

Deux autres journalistes étrangers sont portés disparus en Syrie. Le Palestino-Jordanien Bachar Fahmi al-Kadumi, de la télévision en arabe à capitaux américains Al-Hurra, a disparu à Alep (nord) le 20 août. Le journaliste américain pigiste Austin Tice a disparu le 13 août dans la banlieue de Damas.

bur/sbh/hj