NOUVELLES
04/12/2012 07:01 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Secteur Montcalm : un bar veut régulariser ses activités, ce qui inquiète des résidents

Des citoyens du quartier Montcalm se penchent mercredi soir sur une demande de modification de règlement de zonage concernant le bar le Quartier de Lune situé sur l'avenue Cartier.

Bien que son appellation officielle soit le bistro bar Quartier de Lune, l'établissement ne détient dans les faits aucun permis de bar, mais plutôt un permis de restauration. Le propriétaire de l'établissement, Milan Borovnica, souhaite régulariser ses activités. Pour ce faire, il réclame un changement au règlement de zonage.

Le conseil de quartier a accepté d'examiner la demande de M. Borovnica, qui est soumise à une consultation publique. Le changement de zonage permettrait à M. Borovnica d'exploiter son établissement comme un bar avec danse, musique et spectacles amplifiés.

Inquiétudes

Or, des résidents du secteur ne voient pas d'un très bon oeil la demande du propriétaire du Quartier de Lune.

Plusieurs d'entre eux soutiennent que le bruit représente un réel problème dans le secteur. « C'est vraiment bruyant! On ne peut pas dormir les fenêtres ouvertes, c'est impossible. Il faut fermer les fenêtres l'été », déplore Nancy Dion, une résidente du quartier.

De son côté, l'Association des commerçants Axe-Montcalm souhaite un compromis acceptable pour tous. « Il peut avoir des restrictions au niveau du dossier. Ça peut être aussi au niveau de la sonorisation, au niveau des matériaux qui peuvent être utilisés pour restreindre le bruit à l'extérieur », explique Marc-André Palin, directeur général de l'Association des commerçants.

« Je pense qu'il y a plein de solutions qu'on peut trouver pour qu'il puisse continuer à exercer ses fonctions de bar comme il le fait depuis un certain nombre d'années et que ce soit correct pour les voisins résidents », ajoute M. Palin.

Le conseil de quartier fera ses recommandations au conseil d'arrondissement. La question pourrait être soumise à un référendum si des citoyens en font la demande.