NOUVELLES
04/12/2012 04:56 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Le PAM réduit les rations fournies aux Syriens par manque de financement

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a dû réduire les rations distribuées à des centaines de milliers de Syriens en raison de problèmes de financement, a-t-il indiqué mardi.

Selon cet organisme, il lui manque 20 millions de dollars pour maintenir ses activités en décembre. D'autres réductions ne sont pas exclues.

"Nous avons dû réduire les rations alimentaires à la suite de l'augmentation du nombre des bénéficiaires, passés de 850.000 à 1,5 million en septembre", a indiqué Abeer Etefa, une porte-parole du PAM.

"Cette augmentation des bénéficiaires n'était pas totalement financée donc nous avons dû faire des choix difficiles pour pouvoir aider davantage de gens", a-t-elle déclaré à l'AFP. L'ampleur des réductions varie de mois en mois et dépend également de la région.

"Nous espérons obtenir le financement nécessaire car nous allons prolonger de six mois cette opération, donc nous devrons opérer de nouvelles réductions si ce n'est pas le cas", a-t-elle averti.

Le PAM évalue ses besoins à 15.000 tonnes de nourriture par mois pour 1,5 millions de gens, ce qui coûte environ 22 millions de dollars. L'agence espère accroître ses livraisons l'an prochain et aura besoin de 134 millions de dollars de janvier à juin 2013, a précisé une autre porte-parole du PAM, Bettina Luescher.

Jusque-là, les rations distribuées comprenaient, outre des denrées de base (riz, huile, sucre, conserves, pâtes, sel), des produits complémentaires comme du poisson en conserve ou du thé. Ce sont ces compléments qui ont été supprimés.

Le PAM a aussi davantage de difficultés à livrer son aide aux populations en raison de l'intensité des combats.

Selon un communiqué, "les agences des Nations unies, y compris le PAM, ont suspendu provisoirement toutes les missions de terrain en dehors de Damas, ce qui aura un impact négatif sur notre capacité à contrôler les distributions de vivres par nos partenaires".

"L'accès routier à destination et en provenance de Damas est devenu plus dangereux, causant des difficultés dans l'acheminement de la nourriture (...) en particulier dans le nord", ajoute le communiqué.

Le PAM dit aussi avoir "constaté une augmentation des attaques sur ses camions dans différentes parties du pays".

tw-avz/lor