NOUVELLES
04/12/2012 10:28 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Le Canal Vie lève le voile sur toute la correspondance du père Noël

MONTRÉAL - Quand Lise Portelance, une employée de Postes Canada, a eu l'idée, en 1974, de répondre aux quelques lettres envoyées par des enfants au père Noël, elle ne croyait pas que cette initiative ferait boule de neige au fil des décennies. Dorénavant, 11 000 lutins bénévoles travaillent à répondre à toutes les demandes, chaque année.

Si certaines lettres sont charmantes («je crois que j'ai été sage»), drôles (des petits acceptent de se départir de leur précieuse suce qu'ils envoient au père Noël avec leur lettre), sympathiques («je vais dire à papa de ne pas faire de feu de foyer»), il y a aussi des lettres bouleversantes. Bien qu'enfants, les petits sont très conscients du malheur qu'ils vivent pour certains: «Père Noël, je ne veux rien pour moi, mais que maman recouvre la santé», «Donne du travail à mon papa», «Père Noël, je ne veux pas de jouet, je veux que mon papa arrête de fumer». Des demandes, il y en a de toutes sortes dont environ 10 pour cent venues d'une cinquantaine de pays.

Pour arriver à répondre à tout le monde, les bénévoles n'hésitent pas à apporter du travail à la maison. Le volumineux courrier comprend aussi des lettres d'adultes qui vivent de grandes épreuves, espèrent qu'un miracle se produise dans leur vie et s'en remettent au père Noël en désespoir de cause. Classés dans la catégorie «lettres pathétiques», on retrouve également des demandes d'enfants en foyer d'accueil, qui espèrent que leur parent vienne les chercher. Fort heureusement, les employés de Postes Canada trouvent le moyen de parler d'espoir à chacun. Au Canal Vie, le mercredi 12 décembre, 21h.

Dave, le gars hors norme

Pour s'exprimer, Dave St-Pierre danse ou crée des chorégraphies où la nudité s'est beaucoup fait remarquer (La Pornographie des âmes, Un peu de tendresse bordel de merde!). Quand il veut «danser» quelque chose, il le fait haut et fort. Sauf qu'il y a cinq ans, le jeune homme, atteint de fibrose kystique, était en train de mourir sa vie.

Pour se donner une chance de continuer à vivre, il n'y avait qu'une solution: double greffe de poumons. Durant un an et demi, il a attendu un donneur, replié chez lui, relié en permanence à une bombonne d'oxygène, limitant ses mouvements. Son amie, Brigitte Poupart, branchée, elle, à sa caméra, l'a accompagné tout au long de cette attente. «Over my dead body» nous fait bien sentir la précarité de la vie du jeune danseur, l'interminable attente de l'appel du chirurgien, la crainte de mourir avant le coup de fil. Puis enfin, ça y est! Deux heures pour se rendre à l'hôpital.

Une fois sur la table d'opération, on annule tout: les poumons du donneur présentent une anomalie. Ce scénario s'est répété une deuxième fois. De quoi perdre l'espoir. Mais Dave a trop à faire avant de mourir, si ses poumons sont défectueux, sa capacité d'espérance, elle, a du souffle. La troisième fois sera la bonne. Aujourd'hui, Dave St-Pierre pratique son art à fond de train. À Télé-Québec, le vendredi 14 décembre, 23h30.

Retrouver Jésus... ou pas

Pendant qu'à RDI, «Les soldats de Jésus» expliquent le lundi 10 décembre, 20h, pourquoi on adhère au mouvement évangélique qui prend beaucoup d'ampleur dans le monde (700 millions sur 1,9 milliard de chrétiens) réunissant des personnes désirant vivre dans la bonté, la générosité et l'amour du Christ, il y a, à ARTV, le mercredi 12 décembre, 22h55, à «Contact», le philosophe Michel Onfray, qui, tout jeune, fut la voix de la masse silencieuse, puis professeur, créateur de l'université populaire, et auteur de 30 livres, dont un Traité d'athéologie, démontrant que les religions sont une pathologie et qu'en conséquence, Dieu n'existe pas.

Il faudra s'attendre à de vives réactions au documentaire «La face caché de la viande», des Productions J, où différentes personnalités du monde médical, sportif, artistique et scientifique prônent les bienfaits du végétarisme en traçant un portrait très réaliste de l'industrialisation de la viande. À l'heure où on s'apprête à cuire la dinde, il sera établi qu'en plus de finir par nuire à la santé, la production de viande entraîne son lot de pollution et un risque toujours présent de contamination comme on l'a constaté tout récemment. À TVA, ce dimanche, 21h.

Dorénavant, sa légende la précède: Denise Filiatrault, à 80 ans passés, continue de flamboyer dans les coulisses des scènes montréalaises. À Télé-Québec, le mardi 11 décembre, 20h, on présente un «DocsPlus» sur ce bourreau de travail qu'on a suivi durant un an. Virevoltant sur les plateaux de «La Mélodie du bonheur», «Les Fourberies de Scapin» et d'«Un Violon sur le toit», on voit comment «Filiatrault», grande et inépuisable artiste, transmet ses 65 années d'expérience acquise tant au niveau de la comédie, du drame, de l'écriture et de la mise en scène.

À RADIO-CANADA: ce dimanche, 20h, on présente un montage des meilleurs moments de «Tout le monde en parle». Côté cinéma, signalons la diffusion de «Polytechnique» de Denis Villeneuve, drame basé sur la tuerie survenue en 1989 à l'école Polytechnique de Montréal. Maxim Gaudette, Karine Vanasse et Sébastien Huberdeau en sont les principaux acteurs. Et, le lundi 10 décembre, 20h, on peut voir «Incendies», aussi de Denis Villeneuve, racontant l'aventure de deux jumeaux qui, suite à la demande de leur mère décédée, partent à la recherche de leur père qu'ils croyaient mort et d'un frère dont ils ignoraient l'existence. Les vendredis 14 et 21décembre, 21h, Fred Pellerin nous invite à découvrir à travers son imagerie verbale, l'histoire du «Grand Arrangement» des Acadiens, venus massivement se réfugier au Québec, en 1755.

À TVA: il faut entendre Mario Jean déblatérer sur les diètes, les aliments anti-cancer, sa nutritionniste, sur le fait de cohabiter avec un adolescent, ou sur son inquiétude de vivre à cinq heures de route de sa mère vieillissante. «Gare au gros nounours», les jeudis 13 et 20 décembre, 20h. Du 13 décembre au 13 janvier, les téléspectateurs auront accès gratuitement aux stations Yoopa, addiktv, CASA, Prise 2, Mlle et TVA Sports, période de débrouillage visant à faire connaître ces autres plateformes du réseau.

À TÉLÉ-QUÉBEC: reconnu pour ses inévitables coups de gueule, notre Picolo (Paul Buissonneau) connaît, à 85 ans, des problèmes de santé depuis quelque temps. Comédien et metteur en scène plus que jamais, il a décidé d'orchestrer ses propres funérailles. Avec beaucoup d'émotions, de simplicité et de sincérité, les gens de théâtre viennent saluer l'auguste maître avec qui ils ont partagé la même passion. «Questions de société / Un p'tit dernier pour la route», le lundi 10 décembre, 21h.

À RDI: Gérald Fillion, spécialiste en économie, anime, en cette période de magasinage extrême, une «Édition spéciale - Consommation», le jeudi 13 décembre, 20h, émission diffusée en direct d'un centre commercial, en présence du public.

À TV5: découvrir Marguerite Yourcenar, à travers les lieux, les personnes, les mots qui en ont fait l'écrivaine que l'on connaît, première femme à siéger à l'Académie française. «Sur les traces de Marguerite Yourcenar», ce dimanche, 22h. Durant 30 ans, les paramilitaires ont torturé, démembré, tué des dizaines de milliers de Colombiens. Bien qu'on tente aujourd'hui, de pointer les coupables de ce massacre, il semble que des obstacles émanant du monde politique brouillent les cartes. Est-ce dire que les auteurs de ces crimes demeureront impunis? «Impunity», le lundi 10 décembre, 20h. En Jamaïque, en Colombie, au Liban, on ne tolère pas les homosexuels. Ce qui, en désespoir de cause, incite certains d'entre eux à demander refuge au Canada. «Une dernière chance» suit cinq individus, dans leur longue et stressante quête de demande d'asile, le mardi 11 décembre, 20h. Le lendemain, mercredi 12 décembre, 21h, «Complément d'enquête» apporte des précisions sur la réalité des homosexuels en certains endroits comme l'Afrique du Sud où on inflige le «viol correctif» aux lesbiennes; aux États-Unis où des stages sont programmés pour redécouvrir le chemin de l'hétérosexualité; et en France où le clergé de l'Église catholique s'oppose farouchement au mariage gai.

À ARTV: pour les générations curieuses de connaître l'histoire de «La Nativité», le film de Coky Giedroyc, illustre bien, dans les paysages de Ouarzazate, au Maroc, où se tournent de nombreux films bibliques, la naissance de l'enfant-Jésus depuis l'annonce à Marie jusqu'à la visite des bergers et des rois mages à Bethléem.

AU CANAL VIE: il existe plusieurs classifications de l'autisme. Ce trouble de développement représente un véritable défi pour les parents d'enfants qui en sont atteints. Le mardi 11 décembre, 21h, «L'autisme au gré du vent» ouvre une fenêtre sur les moyens que des parents, inquiets et à bout de souffle, ont trouvé pour le bonheur de leur fils.

AU CANAL D: le documentaire «Les États-Désunis du Canada», de Guylaine Maroist, une ex-souverainiste, met à jour la grogne qui semble s'étendre d'un océan à l'autre, concernant la gouvernance du pays. L'Ouest est mécontent des avantages de l'Est, l'Est qui veut redéfinir la notion de pays, plusieurs Canadiens qui souhaiteraient s'annexer aux États-Unis, bref, bien des mécontents dont les voix s'élèvent ce dimanche, 19h.