NOUVELLES
04/12/2012 10:08 EST | Actualisé 03/02/2013 05:12 EST

Affaire Merah: l'avocate algérienne du père dessaisie par son client

L'avocate algérienne de l'affaire Mohamed Merah, Me Zahia Mokhtari, a indiqué mardi à l'AFP avoir été dessaisie par le père du tueur au scooter et accusé son ex-client de "trahison".

"Le 19 novembre, j'ai signifié officiellement mon retrait de ce dossier au tribunal de Paris", a indiqué Me Mokhtari qui représentait les intérêts de Mohamed Benalel Merah dans le cadre d'une plainte déposée le 11 juin pour "meurtre" contre la hiérarchie de la police française.

"Le père de Merah m'a téléphoné, alors que j'étais à Paris (...) pour son affaire et m'a annoncé qu'il laissait tomber", a-t-elle ajouté, contactée par l'AFP par téléphone.

"J'ai été victime d'une trahison de la part du père Merah", a-t-elle affirmé estimant qu'il s'agissait au départ "de faire la lumière sur les +dépassements+ (des forces de l'ordre) à la mort de Merah" alors qu'"aujourd'hui le père demande des indemnités pour l'assassinat de son fils".

"J'ai cru en cette affaire et je l'ai acceptée dans des moments difficiles car les vidéos que j'avais visionnées m'avaient convaincues", a-t-elle dit, en se référant à deux vidéos qui auraient été enregistrées lors des 32 heures où Mohamed Merah avait été cerné par la police dans son appartement toulousain avant que l'assaut ne soit donné.

Selon une retranscription de ces vidéos qu'elle cite, il serait apparu que Mohamed Merah avait été manipulé par les services de renseignement français et s'affirmait certain de finir exécuté par les forces de l'ordre.

Mohamed Merah a été tué le 22 mars par une unité d'intervention de la police après avoir abattu entre le 11 et le 19 mars sept personnes dont trois enfants.

Me Mokhtari accuse aussi le père de chercher à monnayer avec les médias ces vidéos qu'il détient, selon l'avocate.

Elle a dénoncé par ailleurs "des pressions subies en Algérie et en France" faisant également état de menaces de mort.

amb-bmk/sw