NOUVELLES
03/12/2012 09:56 EST | Actualisé 02/02/2013 05:12 EST

Wall Street portée à l'ouverture par un regain d'optimisme sur l'économie

La Bourse de New York a débuté la première séance du mois de décembre en nette hausse lundi, portée par de bons indicateurs chinois et européens qui réveillaient l'optimisme des investisseurs: le Dow Jones gagnait 0,42% et le Nasdaq 0,59%.

Vers 14H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average avançait de 54,37 points à 13.079,85 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 17,63 points à 3.027,87 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 s'appréciait quant à lui de 0,46% (+6,46 points) à 1.422,64 points.

Wall Street avait terminé proche de l'équilibre vendredi, toujours suspendue aux négociations sur le budget américain: le Dow Jones avait grignoté 0,03%, à 13.025,58 points, alors que le Nasdaq avait lâché 0,06%, à 3.010,24 points.

Les investisseurs se réjouissaient lundi "des nouvelles en provenance de Chine et d'Europe" qui "indiquent que la situation économique mondiale pourrait s'améliorer", a remarqué Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

L'activité manufacturière en Chine a en effet connu en novembre sa première expansion en 13 mois et si elle s'est contractée pour le 16e mois consécutif sur le Vieux continent, elle a reculé moins fortement qu'en octobre.

"Le fait que la Grèce ait pu procéder à son rachat de dette est aussi un élément positif" pour les courtiers, selon M. Cardillo, rappelant qu'Athènes a lancé lundi sa délicate opération de rachat de dette, clef de voûte d'un accord prorogeant le soutien de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.

Les opérateurs attendaient plusieurs indicateurs sur l'économie américaine, comme l'indice ISM de l'activité de l'industrie aux Etats-Unis en novembre à 15H00 GMT.

Les indices étaient aussi portés par "le sentiment qu'un compromis sur (le budget américain) finira par être trouvé" même si chacun est resté sur ses positions ce week-end, a souligné Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Les Etats-Unis sont confrontés à la menace d'un "mur budgétaire", une cure d'austérité forcée qui s'imposera au pays début janvier si républicains et démocrates ne parviennent pas à s'entendre sur un plan de réduction de la dette.

Mais le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, a déclaré dimanche qu'il n'y aurait pas d'accord au Congrès sans augmentation des impôts pour les plus riches, renvoyant la balle aux républicains qui continuent de juger ses propositions "pas sérieuses".

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans s'appréciait à 1,652% contre 1,606% vendredi, et celui à 30 ans à 2,847% contre 2,794% la veille.

jum/sl/mdm