NOUVELLES
03/12/2012 03:29 EST | Actualisé 02/02/2013 05:12 EST

Israël relance un projet de colonisation déjà condamné en 2010 par Washington (ministère de l'Intérieur)

Le ministère israélien de l'Intérieur envisage de relancer un projet de construction de 1.600 logements à Ramat Shlomo, un quartier de colonisation dans Jérusalem-Est occupée et annexée, déjà condamné par Washington en 2010, a déclaré lundi une porte-parole du ministère.

"La commission du ministère de l'Intérieur pour Jérusalem se réunira d'ici deux semaines pour discuter des éventuelles objections à ce programme (de construction) qui avait été approuvé il y a plus de deux ans", en mars 2010, a précisé la porte-parole à l'AFP.

"La commission devra ensuite décider si elle prend en compte ou pas certaines des objections, et agira en conséquence", a ajouté la porte-parole en assurant que "cela prendra du temps avant que les logements ne soient mis en vente".

Ce projet controversé avait été gelé après avoir déclenché une grave crise diplomatique entre les Etats-Unis et Israël pendant une visite à Jérusalem du vice-président américain Joe Biden le 9 mars 2010.

Ramat Shlomo est un quartier de colonisation habité par des juifs ultra-orthodoxes dans le secteur oriental de Jérusalem, peuplé en majorité d'Arabes et annexé par Israël en 1967. La communauté internationale ne reconnaît pas cette annexion.

"Le gouvernement continue d'avancer ses pions autant qu'il peut. Il fait tout son possible pour éviter une solution à deux Etats (israélien et palestinien", a commenté Hagit Ofran, spécialiste du dossier des colonies au sein du mouvement La Paix Maintenant.

Cette annonce survient en pleine crise diplomatique entre Israël, d'une part, et plusieurs pays européens de l'autre, dont la France et la Grande-Bretagne, qui ont dénoncé la décision israélienne de relancer la construction dans des colonies en réaction à l'accession de la Palestine au rang d'Etat observateur à l'ONU.

Washington a rejoint lundi soir le concert de protestations venu des capitales européennes contre ces nouveaux projets.

"Nous demandons aux dirigeants israéliens de réexaminer ces décisions unilatérales et de faire preuve de retenue, car ces actes sont contre-productifs et rendent plus difficile la reprise des négociations directes entre Israël et Palestiniens", a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

"Nous avons dit clairement au gouvernement israélien que de telles mesures étaient contraires à la position américaine qui refuse les actes unilatéraux, dont des activités (de construction) dans les colonies", a ajouté M. Carney lors de son point de presse quotidien.

Le gouvernement israélien a fait savoir lundi qu'il ne renoncerait pas, en dépit "des pressions internationales" à sa décision de continuer à bâtir pour les colons à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée.

"Israël insiste toujours sur ses intérêts vitaux, même sous les pressions internationales et il n'y aura pas de changement à la décision qui a été prise. La démarche palestinienne à l'ONU est une violation flagrante des accords garantis par la communauté internationale", a affirmé à l'AFP une source au bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

jjm-agr/hj