NOUVELLES
03/12/2012 03:25 EST | Actualisé 01/02/2013 05:12 EST

Colombie : au moins 20 guérilleros des FARC tués dans un bombardement

Au moins 20 guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont été tués lors d'un bombardement de l'armée dans le sud-ouest du pays, a annoncé un haut responsable militaire.

L'attaque, qui s'est déroulée samedi à l'aube, a ciblé un camp des FARC situé à Los Arrayanes, une localité rurale de la province de Nariño, à la frontière avec l'Équateur, a indiqué tard dimanche le général Leonardo Barrero.

« En raison de la puissance de l'attaque sur Los Arrayanes, on estime qu'il y a au moins 20 guérilleros » abattus, a-t-il déclaré, précisant que « pour l'instant six cadavres ont été retrouvés ».

Ce bombardement survient alors que le gouvernement colombien et la rébellion marxiste des FARC, principale guérilla du pays, doivent reprendre mercredi à Cuba des pourparlers de paix pour tenter de mettre fin à un demi-siècle de violences.

Les FARC avaient annoncé un cessez-le-feu unilatéral lors du lancement des négociations il y a deux semaines, mais le gouvernement colombien avait répondu qu'il poursuivrait ses opérations militaires.

Les dernières négociations menées avec les FARC remontent au tournant du siècle. Les rebelles avaient alors obtenu que le gouvernement crée une zone démilitarisée. Le processus a fini par s'effondrer, les autorités ayant accusé les FARC d'avoir profité de la situation pour se réarmer et relancer leur guérilla.

Fondée en 1964 par Manuel Marulanda, la guérilla des FARC compterait encore quelque 9200 combattants, repliés dans les montagnes et les forêts à la suite d'une série de revers militaires qui ont divisé ses troupes par deux en une décennie.

Placées sur la liste des organisations terroristes des États-Unis et de l'Union européenne, les FARC sont reconnues pour avoir pris en otage plusieurs personnalités politiques ou militaires. Leur plus grand coup d'éclat a probablement été l'enlèvement de la candidate présidentielle Ingrid Betancourt, libérée par l'armée colombienne en 2008 après plus de six ans de captivité.

Le trafic de cocaïne est la principale source de financement du mouvement de guérilla, soumis à une forte pression de l'armée colombienne.