NOUVELLES
02/12/2012 01:28 EST | Actualisé 01/02/2013 05:12 EST

RDC: le M23 exige des négociations dans les 24 heures

GOMA, République Démocratique Du Congo - Les rebelles du M23 ont menacé dimanche de s'emparer à nouveau de la ville de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), si le gouvernement congolais n'ouvrait pas des négociations dans les prochaines 24 heures.

Le M23 a achevé de se retirer de Goma samedi, selon un accord convenu à Kampala, la capitale ougandaise, la semaine dernière.

Les rebelles n'ont pas été informés sur la date d'ouverture des négociations, a déclaré dimanche Bertrand Bisimwa, porte-parole de la branche politique du M23. "Si les négociations ne commencent pas demain à 14h, soit 48 heures après le retrait, et que des attaques surviennent contre des civils à Goma, nous allons reprendre la ville", a-t-il averti. "Nous savons que le président (Joseph) Kabila n'est pas fiable, mais nous voulons donner une chance à nos amis."

Le Mouvement du 23-Mars (M23) regroupe d'anciens supplétifs de l'armée congolaise dans l'est du pays. Ces Tutsis, mobilisés autrefois par Kinshasa pour lutter contre les rebelles hutus rwandais dans la région sous la bannière du Conseil national pour la défense du peuple (CNDP), se sont révoltés cette année, reprochant au gouvernement congolais de ne pas les avoir intégrés dans l'armée régulière comme le stipulait un accord conclu le 23 mars 2009.

"Le chef de l'Etat a déclaré qu'il allait écouter les réclamations du M23, réévaluer l'accord de paix de 2009 et nous donner une réponse," a déclaré de son côté le porte-parole du gouvernement Lambert Mende. "Personne ne va leur donner l'opportunité,' de reprendre Goma, a-t-il précisé à l'agence Associated Press.

Les insurgés du M23 ont quitté Goma samedi après avoir reporté à plusieurs reprises leur retrait. Ils avaient désobéi à deux précédents ultimatums lancés par le gouvernement congolais et les Etats frontaliers de la RDC.