NOUVELLES
30/11/2012 03:19 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

Zimbabwe: fin du contrôle international de la production de diamants

Une organisation internationale de 80 pays mandatée par l'ONU et réunie à Washington a annoncé vendredi qu'elle cessait de contrôler la production de diamants au Zimbabwe, des pierres précieuses qui étaient synonymes de violations des droits de l'Homme dans ce pays d'Afrique.

Gillian Milovanovic, présidente du Processus de Kimberley, le régulateur mondial chargé de lutter contre la commercialisation de ce que la communauté internationale a nommé les "diamants du sang", a déclaré à la presse que le "Zimbabwe avait respecté ce qu'on attendait de lui".

Les pierres extraites des très riches gisements de Marange (est) sont réadmises depuis un an dans le marché officiel, après avoir reçu en novembre 2011 le feu vert du Processus de Kimberley. Cette organisation internationale, réunissant 80 pays et présidée cette année par les Etats-Unis, est allée plus loin en décidant vendredi de stopper toute surveillance extérieure sur la production de diamants du Zimbabwe.

Mme Milovanovic, une diplomate américaine, a jugé que "le Zimbabwe avait fait tout au long de l'année des efforts significatifs et (avait montré) de la bonne volonté". Harare a même "fait les choses qui devaient être faites et dans certains cas a même fait mieux que ce que l'on espérait", s'est félicitée la responsable, sans être plus explicite.

Le gouvernement zimbabwéen avait organisé mi-novembre une conférence internationale à Victoria Falls (nord-ouest) pour tenter d'améliorer l'image de ses diamants auprès des acheteurs mondiaux.

Son site de Marange, au départ exploité par des milliers prospecteurs privés, avait été envahi en 2008 par l'armée zimbabwéenne qui les avait violemment expulsés. Selon des défenseurs des droits de l'homme, près de 200 personnes avaient été tuées et d'autres battues ou violées.

Selon une ONG canadienne, quelque deux milliards de dollars destinés à renflouer les caisses du Zimbabwe grâce à la vente de diamants de Marange ont été détournés par des fidèles du président Robert Mugabe depuis 2008.

Le Processus de Kimberley rassemble gouvernements, industrie diamantifère et militants pour éviter que les pierres précieuses ne financent guerres et guérillas. Il avait été lancé en 2003 pour prévenir des ventes qui finançaient les guerres au Liberia et en Sierra Leone, jusqu'au début des années 2000.

jkb/nr/jca