NOUVELLES
30/11/2012 05:57 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

USA: deux critiques des grandes banques à la tête d'un organe de contrôle

Deux adversaires de l'hypertrophie des banques ont été confirmés à la tête de la Compagnie fédérale d'assurance des dépôts bancaires (FDIC) aux Etats-Unis, un des principaux organes de régulation financière du pays, a-t-on appris vendredi de source officielle.

La FDIC annonce dans un communiqué que Martin Gruenberg, qui était son président par intérim depuis juillet 2011, est désormais président de droit, sa nomination ayant été validée par le Sénat et promulguée par le président américain Barack Obama.

En près d'un an et demi à la tête de l'institution, M. Gruenberg a montré qu'il comptait poursuivre l'oeuvre de son prédécesseur, Sheila Bair, partisane ardente de l'imposition de normes beaucoup plus strictes aux plus grandes banques et de la défense des droits des consommateurs face aux mastodontes de la finance.

La FDIC indique d'autre part que M. Obama a ratifié également la confirmation de Thomas Hoenig au poste de vice-président de la FDIC.

M. Hoenig, qui a présidé l'antenne de la banque centrale (Fed) de Kansas City (centre des Etats-Unis) de 1991 à 2011, occupe depuis avril l'un des cinq sièges du conseil d'administration de la FDIC.

Du temps où il était à la Fed, il avait appelé à plusieurs reprises à "casser les plus grandes banques", dont le gigantisme est pour lui "le plus grand risque qui soit" pour l'économie américaine.

Créée pendant la grande crise des années 1930, la FDIC assure aujourd'hui la quasi-totalité des dépôts bancaires américains et contrôle les activités de plus de 7.000 banques et caisses d'épargne aux Etats-Unis.

mj/jt/sam