NOUVELLES
30/11/2012 07:05 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

Les rebelles prennent un nouveau champ pétrolier dans l'est syrien (ONG)

L'armée syrienne s'est retirée du champ pétrolier al-Omar, l'une de ses dernières positions à l'est de la ville de Deir Ezzor, non loin de l'Irak, et les rebelles tiennent désormais les principaux champs de Syrie, a indiqué vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les troupes gouvernementales se sont retirées jeudi du champ pétrolier al-Omar au nord de la ville de Mayadine (...) après avoir perdu la réserve gazière Conoco le 27 novembre", a affirmé l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants à travers la Syrie.

Les rebelles se sont emparés il y a une semaine de la ville stratégique de Mayadine, prenant ainsi le contrôle d'une importante partie de l'est du pays, le long de la frontière avec l'Irak. Cette zone est désormais la plus étendue échappant au contrôle du régime.

Le 4 novembre, les insurgés avaient pris pour la première fois le contrôle d'un champ pétrolier selon l'OSDH, celui d'al-Ward dans la province de Deir Ezzor, le plus important du pays.

Les troupes, qui ont également perdu en novembre le champ al-Jofra, ne contrôlent plus que cinq champs, tous situés à l'ouest de la ville de Deir Ezzor, précise l'OSDH.

La région de Deir Ezzor renferme les plus importantes réserves en hydrocarbures de la Syrie.

La production pétrolière syrienne, qui s'élevait à 420.000 barils par jour avant le début mi-mars 2011 d'une révolte populaire, a été réduite de moitié avec l'escalade des violences, et elle est principalement destinée à la consommation intérieure. Les champs pétroliers sont gardés par des unités de l'armée spécialisées dans ce domaine.

Les violences en Syrie ont fait en 20 mois plus de 40.000 morts, selon l'OSDH.

sbh/sk/cnp