NOUVELLES
30/11/2012 05:02 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

Le TSX avance malgré les données mitigées et l'incertitude du «précipice fiscal»

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, vendredi, au terme d'une semaine marquée par la volatilité, les investisseurs ayant choisi d'ignorer dans une large mesure les progrès des cruciales négociations budgétaires qui se déroulent aux États-Unis.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 36,19 points pour terminer la séance à 12 239,04 points, tandis que la Bourse de croissance TSXV a grimpé de 2,52 points à 1220,9 points.

Les opérateurs n'ont pas semblé vouloir trop s'engager pendant que les leaders démocrates et républicains négocient pour éviter que l'économie américaine ne soit plongée dans un «précipice fiscal» — le nom donné à une série d'importantes hausses d'impôts et de réductions de dépenses qui entreront automatiquement en vigueur au début de 2013 si un nouvel accord budgétaire n'est pas conclu.

La majorité des économistes estiment que ces mesures risquent d'entraîner l'économie américaine dans une nouvelle récession.

«Personne ne veut prendre position avant de voir s'il y aura une résolution au précipice fiscal», a estimé Jennifer Dowty, gestionnaire de portefeuille chez Gestion d'actifs Manuvie.

«Pour faire bouger les marchés, nous allons avoir besoin d'une résolution au précipice fiscal. D'ici là, les marchés, je crois, vont simplement manquer d'élan et continuer à se traîner les pieds.»

Le dollar canadien s'est déprécié de 0,09 cent US à 100,64 cents US après que Statistique Canada eut révélé que l'économie canadienne n'avait progressé que de 0,6 pour cent au troisième trimestre sur une base annualisée, alors que les économistes attendaient plutôt une croissance du produit intérieur brut de 0,8 pour cent.

L'agence gouvernementale a notamment expliqué cette performance décevante par le recul de deux pour cent des exportations au troisième trimestre.

Les marchés new-yorkais n'ont pas beaucoup bougé, peu stimulés par la publication de donnée économiques mitigées.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles s'est emparé de 3,76 points à 13 025,58 points après la publication d'un rapport du département américain du Commerce faisant état d'un recul des dépenses des consommateurs le mois dernier et une absence de croissance du revenu personnel.

Les dépenses des consommateurs américains ont chuté de 0,2 pour cent en octobre, par rapport à une croissance de 0,8 pour cent en septembre. C'est la plus faible performance de cet indicateur depuis mai.

Comme bien d'autres données économiques, les chiffres du département ont cependant souffert du passage de la tempête Sandy dans le nord-est du pays.

Ces données ont été contrebalancées par la publication d'un indice jugé positif pour le secteur de la fabrication du Midwest. L'indice des gestionnaires en approvisionnement de Chicago s'est déplacé en territoire haussier pour le mois de novembre, atteignant 50,4 points par rapport à 49,9 points en octobre.

D'autres données ont cependant révélé que le taux de chômage se situait à un sommet record pour la zone euro.

Sur Wall Street, l'indice composé du Nasdaq a pris 1,79 points à 3010,24 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a gagné 0,32 point à 1416,27 points.

Les marchés ont été plutôt volatils cette semaine, alors que les leaders républicains et démocrates donnaient leur points de vue sur les obstacles qui se dressent sur le chemin menant à un accord budgétaire avant la fin de l'année.

Le leader républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, a indiqué vendredi que les négociations pour surmonter l'impasse allaient «presque nul part».

Le président Barack Obama a pour sa part défendu la situation devant un auditoire en banlieue de Philadelphie en affirmant que les républicains devraient accepter de prolonger les réductions d'impôts de l'époque du président Bush pour les ménages gagnant 250 000 $ US ou moins, tout en permettant la mise en place de hausses d'impôts pour les plus fortunés.

Malgré la volatilité, le TSX et le Dow Jones ont tous deux peu bougé sur l'ensemble de la semaine.

Le secteur des services publics a affiché la plus importante hausse vendredi sur le parquet torontois, avec un gain de 0,77 pour cent.

Le secteur industriel a aussi progressé, stimulé par le gain de 11 cents de l'action de Bombardier (TSX:BBD.B) à 3,51 $.

Le secteur minier a gagné 0,65 pour cent, le cours du cuivre ayant pris 4 cents US à 3,65 $ US la livre à la Bourse des matières premières de New York. L'action d'Inmet Mining a notamment pris 2,25 $ à 67,75 $.

Le groupe de la finance s'est accru de 0,44 pour cent, l'action de la Banque Scotia (TSX:BNS) ayant gagné 78 cents à 56 $.

Le secteur de l'énergie est resté stable, le cours du pétrole brut ayant gagné 84 cents US à 88,91 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York. L'action de la Pétrolière Impériale (TSX:IMO) s'est départie de 85 cents à 42,03 $.

Le secteur aurifère a reculé avec le cours du lingot d'or, lequel a cédé 16,80 $ US à 1712,70 $ US l'once à New York. L'action de Kinross Gold (TSX:K) a effacé 13 cents à 10,06 $.