NOUVELLES
30/11/2012 01:05 EST | Actualisé 30/01/2013 05:12 EST

Abbas appelle à l'arrêt de la colonisation et la reprise des négociations

Le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé vendredi à New York à la reprise des négociations avec Israël, tout en réclamant l'arrêt de la colonisation, au lendemain de l'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU.

Dans le même temps, Israël a fait état de son intention de construire 3.000 logements dans des colonies à Jérusalem-Est occupée et annexée et en Cisjordanie, en représailles à ce vote.

"J'ai dit mille fois que nous voulons reprendre les négociations et nous sommes prêts à le faire", a déclaré M. Abbas à des journalistes à New York, où il s'était rendu pour la réunion de l'ONU.

"Nous ne posons pas de condition mais il existe pas moins de 15 résolutions de l'ONU qui considèrent la colonisation comme illégale et comme un obstacle à la paix qu'il faut éliminer. Pourquoi ils (les Israéliens) n'arrêtent pas la colonisation?", a-t-il ajouté.

"Nous voulons résoudre tous les dossiers: les frontières (...), les réfugiés, Jérusalem, la colonisation, l'eau, la sécurité", a-t-il précisé.

"Nous sommes prêts à tout cela mais se pose la question suivante: est-ce que les voisins israéliens sont prêts? La balle est dans leur camp et dans celui des Américains, mais ils vont prétexter les élections" israéliennes du 22 janvier pour éviter la discussion, a estimé M. Abbas.

S'adressant au peuple israélien et à ses dirigeants, le président de l'Autorité palestinienne les a exhortés à s'asseoir à la table des négociations, gelées depuis près de deux ans.

"Notre avenir est un. Négocions afin que vous fassiez enfin partie (intégrante) de la région, et que vous ne soyez plus isolés. Vous avez une chance pour que 57 pays musulmans vous reconnaissent et que vous puissiez entretenir avec eux des relations normales", a-t-il indiqué.

La Palestine est devenue jeudi un Etat observateur aux Nations unies, lors d'un vote historique à l'Assemblée générale de l'ONU qualifié par le président Abbas d'"acte de naissance".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a estimé qu'en présentant leur demande à l'ONU, les Palestiniens avaient "violé leurs accords avec Israël". "Israël agira en conséquence", a-t-il ajouté.

Avec ce vote à l'ONU, la Palestine peut théoriquement ratifier le Statut de Rome et saisir la Cour pénale internationale (CPI).

"Nous avons désormais le droit de saisir la CPI mais nous n'allons pas le faire maintenant et ne le ferons pas, sauf en cas d'agression" israélienne, a déclaré vendredi M. Abbas à ce sujet.

Le représentant palestinien à l'ONU Riyad Mansour avait indiqué mardi que si les Israéliens "continuent de ne pas respecter les résolutions du Conseil de sécurité, de construire illégalement des colonies", les Palestiniens consulteraient tous leurs "amis, dont les Européens, sur ce qui doit être fait pour forcer Israël à respecter" la législation internationale.

na/sk/tg/vl