NOUVELLES
29/11/2012 11:14 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

Ronaldo et Blatter donnent à Neymar le mode d'emploi du Ballon d'Or

Ronaldo, ex-gloire de la Seleçao, et Joseph Blatter, président de la Fifa, ont entonné jeudi le même refrain pour Neymar, star au Brésil en manque de lumière internationale: pour s'approcher du Ballon d'Or, il faut "écraser tout le monde" au Mondial-2014 ou jouer en Europe pour être vu.

Neymar, la presse brésilienne le voyait déjà dans la liste des trois finalistes pour le Ballon d'Or 2012. Mais quand les noms de Lionel Messi, Andres Iniesta et Cristiano Ronaldo, trois joueurs évoluant en Espagne, ont défilé sur un écran géant d'un centre de conventions de Sao Paulo, la déception fut palpable.

Le petit prodige de 20 ans jouant à Santos restera-t-il seulement connu pour sa crète capillaire un peu folle et ses dribbles ravageurs ? Nominé parmi les 23 joueurs pré-sélectionnés pour le Ballon d'Or, le joueur reste encore en lice pour figurer dans le onze type et le plus beau but de l'année 2012 (il figure d'ailleurs dans les trois finalistes de cette dernière catégorie).

Mais ces prix sont ceux que l'ont remet à des seconds rôles, pas aux stars du Ballon d'Or, ces Oscars du football (remise des prix 7 janvier 2013 à Zurich).

Sollicités par les journalistes brésiliens, Ronaldo et Blatter, présents à la conférence de presse de présentation des finalistes du Ballon d'Or, ont dressé tous deux la même analyse.

Comme ce rendez-vous avec les médias avait lieu à Sao Paulo, ville et stade hôte du premier match du Mondial-2014, il fut d'abord question de cet évènement qui aura lieu au pays du football roi dans 19 mois.

"Neymar est exceptionnel, il pourra être dans le meilleur onze, voire dans les trois finalistes quand il sera bon dans la sélection en 2014 (Mondial au Brésil)", a d'abord indiqué Blatter.

Ronaldo, aujourd'hui membre du comité d'organisation local (COL) du Mondial-2014, a été plus précis dans les objectifs à atteindre: "il faudrait qu'en 2014 au Mondial, avec la sélection brésilienne, il écrase tout le monde".

Une façon pour l'ex-buteur vedette de la Seleçao de mettre le génie en herbe devant ses responsabilités le jour où Luiz Felipe Scolari a été nommé à la tête de l'équipe "auriverde", alors que selon Ronaldo, "le Brésil est un peu au creux de la vague, vit un moment difficile de son histoire".

Mais le double Ballon d'Or passé par le PSV Eindhoven, Barcelone, l'Inter et l'AC Milan, ou encore le Real Madrid, a aussi désigné la direction du vieux continent pour briller aux yeux du monde.

"Neymar, est une étoile incontestée au Brésil, mais on ne le voit pas en Europe. Parfois, je lui ai parlé de la possibilité de jouer en Europe, en fonction de son ambition, et pour être parmi les premiers d'envisager d'aller dans un club européen", a révélé l'ex-"Fenomeno".

"C'est difficile pour quelqu'un ne jouant pas en Europe d'être finaliste, a renchéri Blatter. La qualité du foot est bonne au Brésil, mais le football européen est la référence en ce moment".

Lucas Moura, partenaire de Neymar en sélection, lui aussi 20 ans, va bientôt quitter Sao Paulo pour rallier en janvier 2013 le Paris SG.

Neymar pourrait-il être lui aussi attiré par le club de la Ville Lumière devenu richissime ? Cédera-t-il aux sirènes du Barça ? Il assure qu'il ne veut pas bouger avant le Mondial au pays. Dans ce cas, il lui faudra soulever la Coupe du monde.

pgr/jr