NOUVELLES
29/11/2012 10:58 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

ONU: Ban appelle Israéliens et Palestiniens à "ranimer le processus de paix"

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a demandé solennellement jeudi aux dirigeants palestiniens et israéliens de "ranimer le processus de paix", qui est dans l'impasse depuis deux ans, en reprenant des "négociations directes".

Il s'exprimait à quelques heures d'un vote de l'Assemblée générale qui doit accorder à la Palestine le statut d'Etat observateur à l'ONU.

"Ce qu'il faut maintenant c'est faire preuve de volonté politique et de courage, ainsi que d'un sens de la responsabilité historique", a affirmé M. Ban dans un discours devant le Comité de l'ONU sur les droits inaliénables du peuple palestinien, en présence du président palestinien Mahmoud Abbas.

Celui-ci n'a pas pris la parole mais, dans un message lu par son ministre des Affaires étrangères Riyad al-Malki, il a réaffirmé que la demande palestinienne de devenir Etat observateur était "un effort constructif pour préserver la solution à deux Etats", Israël et un Etat palestinien, et un "investissement en faveur de la paix".

"Malgré les espoirs déçus et l'aggravation de la situation sur le terrain en raison des violations israéliennes, a-t-il ajouté, nous soutenons toujours la solution à deux Etats et notre main reste tendue en signe de paix".

Pour M. Ban, "relancer des négociations significatives est la seule manière de résoudre les questions en suspens" entre l'Autorité palestinienne et Israël pour parvenir à un accord de paix.

Ces négociations sont au point mort depuis deux ans, et des violences meurtrières ont opposé fin novembre l'armée israélienne à des groupes armés de la bande de Gaza.

"Il est plus urgent que jamais pour la communauté internationale et les parties concernées d'intensifier leurs efforts en faveur de la paix", a encore déclaré M. Ban.

Il a réitéré sa dénonciation des attaques contre Israël depuis Gaza et de la colonisation israélienne en Cisjordanie. "La poursuite des implantations en Cisjordanie, y compris à Jerusalem-est, est une violation du droit international et ces activités doivent cesser", a-t-il rappelé.

Le Comité commémorait jeudi la Journée de solidarité avec le peuple palestinien, qui coïncide avec l'anniversaire de l'adoption par l'ONU en 1947 du plan de partage de la Palestine mandataire, entre un État juif et un État arabe.

avz/are