NOUVELLES
29/11/2012 05:21 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

Le Canada vote non au nouveau statut de la Palestine et exprime sa déception

OTTAWA - Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a vivement critiqué la décision des membres des Nations Unis de voter en faveur d'une résolution reconnaissant la Palestine comme État non membre observateur aux Nations unies, lors de son assemblée générale, jeudi, en qualifiant cette décision historique de «regrettable».

Auparavant, la Palestine était simple observateur sans le statut d'État.

Le ministre Baird a également laissé entendre que le Canada, un des neuf pays s'étant opposés à la résolution, comptait exercer des mesures de rétorsion contre les Palestiniens pour démontrer son mécontentement sur l'échiquier mondial.

John Baird n'a pas précisé le type de sanction. Toutefois, la suspension de l'aide économique apparaît la plus plausible.

Sur les 193 pays membres de l'Assemblée générale, 138 ont voté pour, neuf ont voté contre (dont les États-Unis) et 41 se sont abstenus.

Des parlementaires des deux partis au Congrès américain étudiaient, jeudi, la possibilité de couper les fonds destinés aux Palestiniens si ces derniers utilisaient leur nouveau statut contre l'État d'Israël.

Un haut fonctionnaire canadien, qui a parlé sous le couvert de l'anonymat, a confié que le gouvernement conservateur adopterait de mesures sévères au cours des prochains jours en réaction à la décision de l'ONU.

Lors d'un discours soigneusement préparé, le ministre Baird a résumé les 65 ans d'efforts des Nations unies afin d'en arriver à une solution négociée de la part des États hébreu et palestinien. En conclusion, il a reproché à l'ONU d'être trop indulgent face aux Palestiniens.

«Face à cette décision regrettable d'abandonner ses politiques et ses principes, nous étudions toutes les avenues possibles pour la suite des choses» a déclaré Baird après avoir enregistré personnellement le vote négatif du Canada.

Il a de nouveau expliqué la position du gouvernement conservateur en précisant que ce dernier était persuadé que cette décision allait miner le processus visant à obtenir un règlement juste et négocié entre Palestiniens et Israéliens.

Les Palestiniens étaient assurés d'acquérir le statut d'État non membre observateur. Le Canada et les États-Unis se retrouvent minoritaires parmi quelques pays récalcitrants dont Israël. Ces derniers avaient exercé de fortes pressions pour éviter que soit adoptée la résolution, alléguant que cela n'aiderait en rien le processus de paix au Moyen-Orient.