NOUVELLES
29/11/2012 05:44 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

La résolution sur la Palestine "contre-productive" et "obstacle" à la paix (Etats-Unis)

Le vote qui a fait jeudi de la Palestine un Etat observateur aux Nations unies est "contre-productif", selon la chef de la diplomatie américaine et met des "obstacles" à la paix entre les Palestiniens et Israël, a affirmé de son côté l'ambassadrice américaine à l'ONU.

Cette résolution "pose davantage d'obstacles sur le chemin de la paix", a immédiatement réagi la chef de la diplomatie américaine lors d'un forum à Washington, rappelant que l'unique moyen d'accéder à un Etat palestinien doit passer par la reprise des négociations directes avec Israël.

L'assemblée générale de l'ONU a accordé à la Palestine le statut d'Etat observateur par 138 voix pour, 9 voix contre et 41 abstentions.

Les Etats-Unis, Israël et le Canada sont parmi les 9 Etats à avoir voté contre cette résolution historique.

"La résolution malheureuse et contre-productive d'aujourd'hui met encore plus d'obstacles sur le chemin vers la paix, et c'est pour cela que les Etats-Unis ont voté contre", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU Susan Rice peu après le vote.

"Les grandes annonces d'aujourd'hui vont bientôt s'estomper et le peuple palestinien se réveillera demain avec peu de changements, excepté l'éloignement de la perspective d'un paix durable", a-t-elle déclaré depuis sa tribune aux Nations unies.

"Cette résolution ne fait pas de la Palestine un Etat", a-t-elle affirmé faisant écho à une déclaration préalable de l'ambassadeur israélien. "Ce vote d'aujourd'hui ne constitue en aucun cas un droit à devenir un membre des Nations unies".

La résolution appelle à une reprise des négociations israélo-palestiniennes pour qu'un Etat de Palestine puisse coexister "aux côtés d'Israël en paix et en sécurité, sur la base des frontières d'avant 1967".

Cette nouvelle stature internationale, qui donne aux Palestiniens accès à des agences de l'ONU et des traités internationaux, constitue une victoire diplomatique majeure. Mais elle expose l'Autorité palestinienne à des représailles financières américaines et israéliennes.

bur-rap/bdx