NOUVELLES
29/11/2012 02:28 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

La Coalition de l'opposition syrienne s'organise au Caire

La nouvelle Coalition de l'opposition syrienne, tente au Caire de mettre en place ses structures internes et de se doter d'un statut, un peu plus de deux semaines après sa création à Doha.

"Nous discutons de la mise en place des structures internes, des commissions, d'un règlement intérieur et d'un statut", a indiqué à l'AFP Rima Fleihan, porte-parole de la Coalition, réunie depuis mercredi au Caire en présence de quelque 60 délégués.

"Les objectifs de la Coalition restent la chute du régime de Bachar al-Assad avec lequel aucun dialogue n'est possible", a insisté la porte-parole.

Le nouvel ambassadeur de la "Coalition" en France, Monzer Makhous, a réclamé une "reconnaissance totale" de sa formation par la communauté internationale et la levée de l'embargo sur les armes pour aider la rebelles en Syrie.

La majorité des composantes de l'opposition syrienne se sont unifiées en signant le 11 novembre à Doha un accord sur la constitution d'une entité les chapeautant, baptisée "Coalition nationale syrienne pour les forces de l'opposition et de la révolution".

Cette coalition a choisi le Caire pour établir son quartier général.

La Ligue arabe a reconnu cette Coalition comme "le représentant légitime de l'opposition syrienne", se gardant de la reconnaître comme "le représentant légitime du peuple syrien", comme l'ont fait les monarchies du Golfe, la France et la Turquie.

Le 20 novembre, le Royaume-Uni avait reconnu la nouvelle Coalition comme "seul représentant légitime du peuple syrien" et l'avait invitée à nommer un représentant à Londres.

Et jeudi, le gouvernement espagnol l'a également reconnue comme "le représentant légitime du peuple syrien" et adressé une invitation officielle à son président Ahmad Moaz al-Khatib.

Des groupes islamistes armés, notamment les deux plus importants, Liwaa al-Tawhid et le Front al-Nosra, qui combattent à Alep (nord), ont annoncé récemment leur rejet de cette Coalition et se sont prononcés pour un Etat islamique.

La Syrie est secouée depuis mars 2011 par une révolte populaire devenue conflit armé, qui a fait selon une ONG syrienne plus de 40.000 morts.

ht/hj/cnp