NOUVELLES
29/11/2012 07:31 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

Gaspésie: craintes économiques suscitées par les retards de l'éolien

GASPÉ, Qc - Les retards entourant l'annonce du quatrième appel d'offres éolien, en Gaspésie, causeront inévitablement un ralentissement et des pertes d'emplois à l'industrie régionale en 2015.

C'est ce qu'affirme le Techno centre éolien, en précisant que les 700 mégawatts issus des trois premiers appels d'offres sont nécessaires à la pérennité de la filière éolienne.

Le gouvernement du Québec, pour sa part, veut tenir compte des surplus d'électricité engendrés par Hydro Québec avant d'aller de l'avant avec l'annonce du quatrième appel d'offres.

Cependant, le directeur du développement des affaires au Techno centre éolien, François Tremblay, affirme que les surplus à Hydro Québec ne devraient pas être problématique. Il croit que les retards de l'annonce dirigent inévitablement l'industrie vers un trou noir en 2015.

Le président de la Conférence des élus de la région juge qu'il est primordial que le gouvernement annonce l'appel d'offres afin de préserver toute l'industrie. Bertrand Berger affirme que lors du premier appel d'offres, Hydro Québec avait aussi des réticences et que ce faut une décision politique de l'ancien premier ministre Bernard Landry qui avait permis d'aller de l'avant.

Il n'en espère pas moins de l'actuelle première ministre, Pauline Marois.

L'Industrie éolienne représente 4000 emplois au Québec dont environ 1200 en Gaspésie. (Collaboration Richard O'Leary CJRG)