NOUVELLES
29/11/2012 11:18 EST | Actualisé 29/01/2013 05:12 EST

Clinton dévoile sa feuille de route pour parvenir à une génération sans sida

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a présenté jeudi à Washington sa feuille de route pour parvenir à une génération sans sida, espérant qu'à l'horizon 2015 aucun bébé ne naîtra avec le virus du VIH.

"Les avancées scientifiques et leur mise en oeuvre réussie ont conduit la planète à un point critique dans la lutte contre le sida", indique le document de 54 pages.

Qualifiant le sida de "l'une des questions mondiales de santé les plus complexes de l'histoire moderne", la chef de la diplomatie écrit en avant-propos que, malgré les progrès accomplis, des défis restent à affronter, citant les 1,7 million de personnes qui meurent encore chaque année de maladies liées au sida.

Mais elle souligne qu'à la différence d'il y a dix ans, être infecté par le le VIH n'est plus automatiquement une sentence de mort, et des avancées majeures ont été menées dans les traitements et préventions, notamment grâce aux antirétroviraux qui ont nettement réduit le taux de transmission du virus des mères enceintes à leurs enfants.

Dans une vision d'une génération sans sida, quasiment aucun enfant ne naîtrait avec le virus, en grandissant ils n'auraient qu'un très faible risque de l'attraper, et s'ils étaient néanmoins contaminés, ils auraient un meilleur accès aux traitements pour empêcher la progression du virus vers le sida.

Pour y parvenir, la feuille de route de Mme Clinton avance plusieurs pistes, comme accroître l'accès gratuit aux soins contre le VIH --le président américain Barack Obama a promis de traiter six millions de personnes par antirétroviraux d'ici fin 2013--, étendre la circoncisions des hommes car il a été prouvé que cela réduit les risques d'infection, ou permettre un meilleur accès aux tests et conseils ainsi qu'aux préservatifs et autres méthodes de prévention.

Selon Eric Goosby, le coordinateur des Etats-Unis pour la lutte contre le sida, 390.000 enfants naissent actuellement chaque année avec le VIH, essentiellement dans 22 pays surtout d'Afrique sub-saharienne.

Il espère qu'avec un cocktail de trois antirétroviraux pris par les mères, le nombre d'enfants nés avec le VIH chutera à 40.000 en 2015.

jkb/sam/are