NOUVELLES
28/11/2012 07:40 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Un avion de combat abattu par les rebelles dans le nord, un pilote capturé

Les rebelles syriens ont abattu mercredi un chasseur-bombardier de l'armée dans le nord-ouest de la Syrie, et ont capturé un pilote selon des témoins et une ONG syrienne.

L'appareil, sans doute un MIG ou un Sukhoï, s'est écrasé comme une pierre dans une énorme explosion, provoquant un énorme panache de fumée, a constaté le journaliste de l'AFP qui se trouvait à quelques kilomètres du lieu de la chute de l'avion.

L'appareil est tombé dans une oliveraie à environ un kilomètre de la localité de Tourmanin (30 km au nord-ouest d'Alep), dans les environs de la base cheikh Souleimane, immense garnison gouvernementale assiégée par les rebelles et dernière place-forte de l'armée dans cette partie du pays.

Quelques minutes après l'incident, les restes de la carcasse complètement désintégrée continuaient de se consumer dans le champ noirci par les flammes, tandis que des dizaines de rebelles ou badauds se précipitaient sur les lieux.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé que l'avion avait été abattu par un missile. Sur place, les témoignages des habitants divergeaient sur l'origine des tirs, missiles ou canon anti-aérien. Ils concordent cependant sur le fait que l'appareil a été abattu alors qu'il volait à haute-altitude, confirmant la thèse du missile anti-aérien.

Toujours selon des témoins, les deux pilotes ont réussi à s'éjecter. L'un deux a été fait prisonnier immédiatement après avoir touché terre avec son parachute, ont précisé ces témoins. Le sort du second est inconnu.

Il s'agit du deuxième appareil abattu en moins de 24 heures.

Mardi, les rebelles ont abattu un hélicoptère syrien, pour la première fois avec un missile sol-air près d'Alep. Il été touché alors qu'il bombardait les alentours de la base de cheikh Souleimane.

Selon cette ONG, les rebelles ont réussi à s'emparer récemment de dizaines de missiles de ce genre.

La chute d'un second appareil semble confirmer cette information. L'acquisition de tels missiles pourrait changer le cours de la guerre car les rebelles pourraient ainsi remettre en cause la suprématie aérienne des troupes du régime.

L'un des chefs militaires de la rébellion, le général Ahmad Faj, avait déclaré vendredi à l'AFP que les rebelles avaient récupéré des missiles sol-air lors de la prise de la Base 46.

hba/tp