NOUVELLES
28/11/2012 11:11 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Rencontre au sommet en décembre : les cols bleus et les pompiers absents

Il y aura au moins deux absents à la quatrième rencontre au sommet du 7 décembre entre le maire Labeaume et les différents syndicats. L'Association des pompiers professionnels de Québec et le Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec ont confirmé mercredi matin qu'ils ne seront pas présents.

Le président de l'Association des pompiers professionnels de Québec, Éric Gosselin, a fait savoir lors d'un point de presse que l'exercice avait assez duré. « On ne peut plus aller plus loin », a-t-il dit.

M. Gosselin, qui a assisté aux trois premières rencontres organisées par le maire Labeaume, juge qu'il n'y a plus aucune raison de négocier avec la Ville.

Il estime que tout a été dit et que le dossier du déficit des régimes de retraite ne peut pas se régler en groupe, comme le souhaite le maire Labeaume. « Pour nous, les conditions de notre régime de retraite sont des conditions qui sont négociables comme tous les autres articles de la convention collective », affirme M. Gosselin.

En réponse aux critiques du maire Labeaume, qui a affirmé la semaine dernière que les pompiers ne voulaient pas négocier et qu'ils retardaient le processus de négociations de façon volontaire, M. Gosselin a rétorqué que cela était faux. Le président de l'Association des pompiers professionnels de Québec est plutôt d'avis que c'est la Ville qui retarde les négociations.

Cols bleus absents

À l'instar des pompiers, les cols bleus ont fait savoir dans un communiqué qu'ils bouderont la quatrième rencontre convoquée par le maire Labeaume. Les cols bleus n'ont assisté à aucune des trois rencontres précédentes.

À ce jour, seule l'Association du personnel de direction a répondu à l'appel du maire Labeaume pour assister à cette quatrième rencontre.

Par ailleurs, les négociations reprennent mercredi entre les cols bleus et la Ville de Québec au sujet du renouvellement de leur contrat de travail.

La première séance de négociations durera cinq jours devant une conciliatrice. Par la suite, trois autres journées sont prévues au calendrier. Les 1350 cols bleus de la Ville de Québec sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2010.

Les négociations entre les deux parties ont commencé en février 2011. Les discussions de l'automne ont permis, selon le syndicat, de faire des progrès dans un climat plus harmonieux.