NOUVELLES
28/11/2012 07:16 EST | Actualisé 28/01/2013 05:12 EST

Line Beauchamp et Tony Tomassi ont aussi fréquenté le 357 C

Les ex-ministres du gouvernement Charest Tony Tomassi et Line Beauchamp ont tous deux fréquenté le très sélect club privé Le 357 C de Montréal, selon une liste que la commission Charbonneau passe en ce moment en revue.

M. Tomassi s'est rendu deux fois au club à l'invitation de Paolo Catania, de Frank Catania et associés, une entreprise de construction liée au clan mafieux Rizzuto.

L'ex-ministre de la Famille et adjoint parlementaire du premier ministre Jean Charest a été invité au club le 4 février 2008 et le 23 février 2009. Chaque fois, il était seul avec M. Catania.

La ministre Beauchamp a également été invitée deux fois au 357 C par Rosaire Sauriol du groupe Dessau. Elle s'y est rendue le 26 février et le 18 mai 2007.

Mme Beauchamp, qui était à l'époque d'abord ministre de la Culture et des Communications, puis ministre de l'Environnement, faisait les deux fois partie d'un groupe d'une dizaine d'invités et comprenant son ancien conjoint et organisateur libéral, Pierre Bibeau, les entrepreneurs Paolo Catania, Michel Lalonde, Pierre Lavallée, Frank Minicucci, Yves Théberge, l'argentier d'Union Montréal Bernard Trépanier et le président du conseil exécutif de la Ville de Montréal Frank Zampino.

Par voie de communiqué, Mme Beauchamp affirme que les deux rencontres ont été tenues à sa demande, à titre de ministre, pour des discussions de nature générale.

« À la lumière de témoignages de la commission Charbonneau et d'accusations portées contre certains individus, je suis consciente que les perceptions entourant les rencontres tenues au 357 C peuvent être malheureusement trompeuses. C'est pourquoi il m'importe de réaffirmer immédiatement que j'ai exercé mon rôle d'élue avec intégrité et dignité, avec pour seuls guides le bien commun et la défense des intérêts du Québec », conclut-elle.

M. Miniccuci a été décrit comme « le bras droit » de l'entrepreneur Tony Accurso par l'enquêteur de la commission qui passe la liste en revue, Érick Roy.

Suivez la commission en direct avec François Messier :

M. Bibeau a déjà été mis en cause devant la commission par l'ex-entrepreneur en construction Lino Zambito. L'ex-propriétaire d'Infrabec a affirmé qu'il avait remis 30 000 $ en argent comptant à M. Bibeau au printemps 2009, dans la foulée d'une activité de financement organisée au profit de Mme Beauchamp, alors ministre de l'Environnement.

Le sénateur conservateur Léo Housakos a aussi été invité au club par Paolo Catania le 4 avril 2008. Il s'y était aussi rendu le 17 mai 2007 à l'invitation de Bernard Poulin du groupe SM. Bernard Trépanier était aussi présent.

M. Housakos a lui-même organisé un cocktail au profit de l'Action démocratique du Québec au club 357 C le 21 juin 2007. Parmi les invités se trouvait Joe Borsellino de Construction Garnier, qui a été identifié par Lino Zambito comme l'un des membres du cartel des égouts à Montréal.

La liste permet aussi de constater que l'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal Frank Zampino est allé 18 fois au club 357 C entre 2005 et 2009, dont 9 fois à l'invitation de Paolo Catania.

Parmi les autres élus invités au club 357 C par Paolo Catania, notons l'ex-maire de Châteauguay Sergio Pavone, l'ex-maire de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles Cosmo Maciocia, l'ex-maire de l'arrondissement de Ville-Marie Benoît Labonté, et les conseillers municipaux Sammy Forcillo et Claude Dauphin. Mentionnons aussi Marc Deschamps, agent officiel d'Union Montréa,l et Bernard Trépanier, argentier du parti.

M. Roy a indiqué hier que la liste compilée par la commission à partir de la base de données du club 357 C comprend les noms de 118 personnes qui intéressent les enquêteurs.

Mardi après-midi, l'exposé de l'enquêteur a dû être limité à des rencontres entre entrepreneurs en construction, représentants de firmes de génie-conseil, élus de la Ville de Montréal et fonctionnaires municipaux qui ont eu lieu au club entre le 1er janvier 2005 et le 27 novembre 2006.

Dès que la première page du tableau présentant la liste des participants à ces rencontres a été exhibée publiquement, Me Décary a cependant déposé une requête pour que les noms de deux personnes liées au PLQ soient frappés d'un interdit de publication.

Me Décary, les avocats des médias et les procureurs de la commission ont finalement convenu de se limiter à la première page du document, sur lesquels ne figuraient pas les noms de ministres libéraux, et ce, jusqu'à mercredi matin.

Le délai visait à permettre à Me Décary de joindre les deux personnes au coeur du litige. il disait ne pas avoir eu le temps de le faire en matinée, les procureurs ayant fourni les documents relatifs au témoignage de l'enquêteur Roy à la dernière minute.

Paolo Catania fréquentait beaucoup le 357 C

Les événements recensés jusqu'ici ont permis de constater que Paolo Catania, de Frank Catania et associés, Pasquale Fedele, qui travaillait à l'époque pour la même compagnie, et Bernard Poulin, président de la firme de génie-conseil S.M., étaient des membres du club, et qu'ils y invitaient régulièrement d'autres personnes.

La liste montre que Paolo Catania a notamment invité au club :

  • Frank Zampino, président du comité exécutif de la Ville;
  • Robert Marcil, grand patron des travaux publics à la Ville;
  • Bernard Trépanier, argentier du parti du maire Gérald Tremblay;
  • Daniel Gauthier, urbaniste du groupe Plana, qui a notamment été membre du comité de sélection pour le projet Faubourg Contrecoeur;
  • Bernard Poulin, président et chef de la direction de la firme de génie-conseil Groupe S.M. International;
  • Michel Lalonde, ingénieur à la firme de génie Groupe Séguin;
  • Rosaire Sauriol, vice-président de la firme de génie Dessau;
  • Stéphane Harbour, maire de l'arrondissement d'Outremont.

Bernard Poulin a également rencontré Bernard Trépanier et Frank Zampino, au club 357 C, ainsi que l'ex-directeur général de la Société d'habitation de Montréal (SHDM), Martial Fillion.

Pasquale Fedele a invité au club Robert Marcil et l'ingénieur Luc Leclerc. Ce dernier a déjà admis avoir touché au moins 500 000 $ en pots-de-vin de la part d'entrepreneurs en construction lors de son témoignage devant la commission.

MM. Catania, Fedele, Zampino, Trépanier, Fillion et Gauthier ont tous été accusés dans l'affaire du Faubourg Contrecoeur, un terrain de l'est de la métropole que la SHDM a vendu à Construction Frank Catania et associés en 2007 pour qu'elle y construise 1800 logements.

Selon le procureur Gallant, la liste préparée par la commission permettra non seulement de jeter un éclairage sur les activités de Paolo Catania, mais aussi sur celles de Joe Borsellino.

Avant que la requête de Me Décary n'interrompe l'audience, le procureur Gallant avait précisé que la commission ne s'intéressait pas au club 357 C comme tel, mais bien aux rencontres qui s'y sont déroulées.