NOUVELLES
27/11/2012 01:36 EST | Actualisé 27/01/2013 05:12 EST

Le corps de Yasser Arafat a été exhumé pour déterminer les causes de sa mort

RAMALLAH, Territoire palestinien - Des échantillons ont été prélevés mardi sur la dépouille de Yasser Arafat, une procédure menée par des experts internationaux pour tenter de déterminer les causes exactes de la mort du leader palestinien, en 2004. Sa veuve soupçonne un empoisonnement au polonium-210, une substance hautement radioactive et toxique.

Le ministre palestinien de la Santé, Hani Abdine, a précisé lors d'une conférence de presse que le corps n'avait pas été sorti du mausolée, contrairement à ce qu'avaient déclaré des responsables un peu plus tôt.

«On a creusé dans la tombe de quatre mètres de profondeur et quand nous avons atteint le cercueil, il y avait un couvercle. Le couvercle a été levé et quand il a été levé, les restes (du corps) se trouvaient devant tout le monde. Et toutes les équipes ont convenu qu'il n'était pas nécessaire de les transporter ailleurs. (...) Les restes n'ont pas été déplacés, avec le consentement de tous les médecins légistes et des équipes qui s'étaient déplacées pour l'occasion», a déclaré M. Abdine.

L'un des membres de la commission d'enquête, Abdallah Al Bachir, a fourni des détails sur la procédure.

«Le médecin légiste palestinien, conformément à ce qui avait été prévu, a prélevé les échantillons requis en présence et sous la supervision des trois équipes (française, suisse et russe, NDLR). Ces équipes vont examiner les résultats dans leurs laboratoires, mais les résultats ne seront pas prêts avant trois mois», a-t-il indiqué.

Selon les règles de l'islam, la dépouille d'un musulman ne peut être manipulée que par d'autres musulmans.

Taoufiq Al Tiraoui, qui dirige la commission d'enquête palestinienne, a mis en cause l'État hébreu. «Les indices dont nous disposons et notre conviction est qu'Israël est l'auteur de cette action (l'empoisonnement d'Arafat, NDLR). De ce fait, nous avons besoin de preuves (...) pour présenter à la Cour pénale internationale qui que ce soit qui est derrière cet assassinat», a-t-il lancé.

Les opérations se sont déroulées à l'abri des regards, derrière de grandes bâches bleues déployées autour du mausolée.

Les experts, qui travaillent soit pour la veuve de Yasser Arafat, Souha, soit pour l'Autorité palestinienne, effectuent des recherches sur un éventuel empoisonnement de l'ex-dirigeant palestinien. L'actuel président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait annoncé le 11 novembre que des experts russes se joindraient à leurs confrères suisses et français pour être présents à l'exhumation.

Cette enquête a été ouverte à la suite de soupçons d'empoisonnement de l'ancien dirigeant palestinien, mort dans un hôpital militaire français en novembre 2004, à l'âge de 75 ans. Un laboratoire suisse a récemment découvert des traces de polonium-210 sur des vêtements qui auraient été portés par Yasser Arafat à la fin de sa vie.

La cause officielle de sa mort est un accident vasculaire cérébral, mais l'origine de la maladie dont il a souffert pendant les dernières semaines de sa vie n'a jamais été totalement éclaircie. De nombreux Palestiniens accusent Israël de l'avoir empoisonné, ce que l'État hébreu a toujours démenti.

L'exhumation de mardi pourrait ne pas apporter plus d'éléments de réponse. Le polonium-210 se décompose rapidement et certains experts se demandent si les échantillons restants seront suffisants pour mener les examens nécessaires.