NOUVELLES
27/11/2012 04:48 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST

HRW demande à la Syrie de cesser d'uitliser des bombes à sous-munitions

Human Right Watch (HRW) a demandé mardi aux autorités syriennes de cesser immédiatement d'utiliser des bombes à sous-munitions dans sa guerre qui l'oppose depuis des mois aux rebelles car ces armes tuent sans discrimination.

Cette mise en demeure de l'organisation des droits de l'Homme survient au surlendemain d'un bombardement aérien contre Deir Assafir, une localité au sud de Damas, qui a causé la mort, selon HRW, d'au moins 11 enfants et blessé d'autres par des bombes à sous-munitions.

"Le gouvernement syrien doit cesser immédiatement d'utiliser ces armes hautement dangereuses, qui sont bannies par la majorité des nations", affirme-t-elle.

Selon des témoins, cités par HRW, ces bombes ont visé un groupe d'au moins 20 enfants qui étaient réunis sur un terrain de jeu.

"Cette attaque montre que les bombes à sous-munitions tuent de manière indiscriminée civils et militaires. En raison du terrible préjudice causé aux civils, les bombes à sous-munitions ne doivent jamais être utilisés par qui que ce soit", affirme Mary Wareham, directrice du département de l'armement à HRW.

"Tous les gouvernements, y compris les alliés de la Syrie, doivent condamner l'usage par Damas des bombes à sous-munitions car ces armements sont bannis au niveau international en raison de l'impact sur les civils", ajoute-t-elle.

"Il faut une réaction plus forte pour convaincre le gouvernement syrien de cesser d'utiliser ce genre de bombes", a-t-elle encore dit.

Plusieurs organisations internationales de défense des droits de l'Homme ont accusé la Syrie de recourir aux bombes à sous-munitions, des armes qui peuvent encore tuer et mutiler après un conflit.

La Syrie n'a pas ratifié la Convention sur les armes à sous-munitions qui interdit la production, le stockage, le transfert et l'utilisation de cette catégorie d'armes et prévoit la destruction des stocks existants.

sk/hj