NOUVELLES
26/11/2012 02:40 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST

Un équipementier australien appelle à la démission de Pat McQuaid

Après une action en justice contre l'UCI, le président d'un équipementier australien appelle à la démission du président de l'Union cycliste internationale, Pat McQuaid, dans un entretien au quotidien allemand Suddeutche Zeitung à paraître mardi.

Jaimie Fuller, président de Skins, notamment partenaire de la Fédération australienne et de l'équipe professionnelle Rabobank, estime que McQuaid et son prédécesseur Hein Verbruggen ont mis en place une "culture de la corruption cancéreuse" à l'UCI.

"Il ne fait aucun doute que l'on ne peut changer de culture sans se débarrasser des gens qui l'ont créée. Il faut de la transparence, que la vérité éclate", déclare Fuller, qualifiant les dirigeants de l'UCI de "clowns" qui aiment "voyager dans le monde, loger dans des hôtels 5 étoiles..."

Il concède que le CIO est également dans son viseur car "la pression doit augmenter".

Début novembre, Fuller avait annoncé que sa société réclamait 2 millions de dollars (1,56 M EUR) à l'UCI en raison du préjudice d'image lié à l'affaire Armstrong.

Le 19 octobre, il avait écrit une lettre ouverte à McQuaid l'exhortant "à agir immédiatement pour éviter l'irrémédiable implosion, et l'effondrement du cyclisme mondial", une semaine après la révélation du dossier Armstrong par l'Agence américaine antidopage.

sg/nb