NOUVELLES
26/11/2012 11:10 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST

Rogge appuie la proposition pour l'allongement des sanctions pour dopage

AMSTERDAM, Pays-Bas - Le président du Comité international olympique, Jacques Rogge, a apporté son soutien à la proposition de l'Agence mondiale antidopage (AMA) d'allonger de deux à quatre ans les suspensions pour dopage.

L'AMA doit se prononcer en 2013 sur cet amendement aux règles antidopage. Il entrerait en vigueur à compter de 2015.

«Nous attendons le texte final mais ce qui est sur la table aujourd'hui est quelque chose qui nous tient à coeur, a assuré Rogge lors d'une conférence de presse tenue à Amsterdam.

«Cette proposition nous satisfait dans la mesure où elle endosse des sanctions plus sévères dans ce qu'il conviendrait d'appeler les cas lourds.»

Ce changement cadre avec le désir du CIO de bannir des Jeux olympiques les athlètes qui auraient écopé d'une suspension de six mois ou plus.

L'an dernier, le Tribunal arbitral du sport (TAS) avait invalidé une décision en ce sens, estimant que cette sanction constituait une deuxième pénalité pour la même infraction et ne respectait donc pas le règlement de l'AMA.

Rogge a également précisé que le CIO étudie toujours le cas du cycliste américain Lance Armstrong pour voir si elle peut lui retirer la médaille de bronze qu'il a remportée dans l'épreuve sur route aux Jeux de Sydney en 2000.

Armstrong a déjà été dépouillé de ses sept titres du Tour de France pour son implication dans ce que l'agence américaine antidopage a qualifié de la plus vaste conspiration de dopage dans le sport.

Le CIO doit tenir compte de ses huit années de prescription avant d'enlever la médaille olympique d'Armstrong.

«Il y a encore du travail juridique à faire», a déclaré Rogge.